La Forteresse d'Athlit (Château-Pèlerin)

Pas de galerie photo disponible

Israel, Mehoz (district) de Haifa

Israel, Mehoz (district) de Haïfa, sur la côté méditerranéenne, à environ 25 km au nord de Césarée et à environ 12 km au sud de Haïfa.

Vue des ruines du Château- Pèlerin
Vue des ruines du Château- Pèlerin
Source : Wikiwand.com

Hugues de Payns et ses premiers compagnons s'étaient dans un premier temps donnés comme mission de protéger les pèlerins qui voulaient venir se recueillir au Saint-Sépulcre à Jérusalem.
Pour que cette protection soit efficace, ils ont décidé d'assurer la garde du défilé le plus dangereux, connu dans les chroniques sous le nom de "Le Détroit" et qui longeait la côte entre Césarée et Haïfa.
A un endroit du rivage, ils élèvent un premier bâtiment sur un tertre rocheux, qu'ils utilisent comme tour de garde. Cette tour sera l'assise autour de laquelle les Templiers construiront une de leur forteresse les plus considérables.
La tour primitive sera intégrée l'angle sud-est dans la première rangée des fortifications de la forteresse qui sera érigée sur un vaste promontoire dominant les flots.

En 1218, les Templiers, aidés des Teutoniques et de Gauthier d'Avesnes(1), fortifient la position de la tour dite du "Détroit" ou de la "Pierre Encise".
Au cours de leurs travaux, ils découvrent les assises de murailles antiques sur lesquelles ils décident de monter les fortifications de leur nouveau château.
Ils découvrent aussi plusieurs sources d'eau potable ainsi que d'autres débris de murailles dont ils vont récupérer les pierres pour leur propre usage.

Athlit - Croquis des fortifications
Croquis des fortifications
Source : Fortification and Settlement in Crusader Palestine (Ashgate Publishing) - Denys Pringle

Après la première ligne défensive, les Templiers érigent une seconde muraille sur toute la largeur de l'isthme.
Cette muraille est protégée par un fossé et renforcée de trois saillants carrés. A l'extrémité sud, la porte d'entrée au château s'ouvre dans un renfoncement qui fait face à la mer.
Juste derrière cette seconde muraille, deux énormes tours barlongues, bâties avec de gigantesques blocs de pierre et reliées par une courtine, assurent la défense de la chaussée menant à la seconde porte, située celle là au nord de l'isthme.
Ces tours étaient constituées de salles voûtées sur deux étages, et surmontées d'une terrasse crénelée. Le sous-sol était quant à lui occupé par de vastes caves et des magasins.

Athlit - Croquis des fortifications
Croquis des fortifications du château principal
Source : Fortification and Settlement in Crusader Palestine (Ashgate Publishing) - Denys Pringle

A l'arrière de ce système défensif, s'ouvre une grande esplanade entourée de plusieurs bâtiments défensifs, murailles, saillants.
Le sous-sol de ces bâtiments renferme également divers magasins et entrepôts.
Du côté sud de l'esplanade, vers la moitié de sa longueur, s'élevait la chapelle hexagonale, qui selon Jacques de Vitry(2), a du être un des plus beaux spécimens de l'architecture gothique en Orient.
Cette chapelle avait un plan de construction à peu près identique à celui de la chapelle templière de Laon.
Tout à l'ouest du promontoire, se trouvaient les installations portuaires qui permettaient le ravitaillement du fort et le débarquement des marchandises.
Des magasins et entrepôts étaient également construits autour de ces installations.
Quant aux bâtiments réservés à l'usage des Templiers, ils étaient construits à côté de l'église, mais ont complètement disparu.

Athlit - Croquis des fortifications
Croquis des fortifications autour de la Tour du Destroit
Source : Fortification and Settlement in Crusader Palestine (Ashgate Publishing) - Denys Pringle

En 1219, dès la fin de sa construction, le sultan Malik al-Mu'azzam Musa(3) qui venait juste de conquérir la place forte de Césarée, tente en vain d'assiéger la forteresse que les arabes nomment aussi "Ateleyt".

En 1229, l'empereur germanique Frédéric II, estimant que le Château Pèlerin conviendrait parfaitement à son usage pour en faire une de ses places fortes sur la côte, tente de s'emparer du château par surprise.
Il pénètre avec sa suite dans l'enceinte et somme au commandeur du Temple de lui remettre la place sans tarder. Les Templiers, loin de se laisser intimider par l'arrogance de l'empereur, verrouillent les portes, s'arment et déclarent que si l'empereur ne quitte pas immédiatement les lieux, il sera emprisonné.
Frédéric II, fulminant de rage contre l'Ordre doit obtempérer et quitter les lieux.
En 1291, après la chute d'Acre, la citadelle est abandonnée par ses défenseurs et tombe ainsi aux mains des musulmans qui la démantèlent aussitôt.

Notes :

(1)Gautier II d'Avesnes, né vers 1170 et mort vers 1244. Il est le fils de Jacques 1er D'Avesnes. Il participe à la bataille de Bouvines en 1214 aux côtés du roi de France Philippe II Auguste, avant de prendre la route vers la Terre Sainte pour rejoindre les armées de la Cinquième Croisade.

(2)Jacques de Vitry est né vers 1170 près de Reims. Il devient chanoine de Saint-Augustin et est ordonné prêtre à Paris vers 1210.
Il prêche la croisade contre les Albigeois ainsi que la 5e Croisade dirigée par le roi de Hongrie, André II. En 1216, il est nommé évêque de Saint-Jean d'Acre.
Vers 1229, il devient Evêque de Tusculum et jusqu'à sa mort en 1240, il effectuera plusieurs missions dans le sud de la France et en Terre Sainte en tant que Légat du Pape.
Il est aussi l'auteur d'une "Histoire des Croisades".

(3)Malik al-Mu'azzam Musa est un membre de la puissante dynastie des Ayyoubides. Il est né vers 1176 et mort en 1227. Il est le neveu de Saladin. Il est émir de Damas de 1218 à 1227. Son père Al-Adil Sayf al-Din, frère de Saladin, était sultan d’Égypte et de Damas.


quelques références ... Bibliographie
  1. "Essai sur la domination française en Syrie durant le Moyen-Age" (lien sur Gallica )
    E.G. Rey ; Imprimerie Thunot & Cie Paris, 1866
  2. "Etude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'île de Chypre" (lien sur Gallica )
    E.G. Rey ; Imprimerie Nationale Paris, 1871
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017