La Commanderie de Beauvais-sur-Matha

Pas de galerie photo disponible

France, département de Charente-Maritime

France, département de Charente-Maritime, à environ 25 km au nord-est de Cognac et à environ 40 km au nord-ouest d'Angoulême.

L'origine de la présence des Templiers à Beauvais-sur-Matha est très mystérieuse. Les actes anciens retrouvés dans les archives sont très curieux et présentent des anachronismes qui permettent de douter de leur authenticité.

Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:BeauvaissurM4.JPG
Les bâtiments de la commanderie
Source : Wikimédia Commons
L'un de ces actes mentionne un don fait par le roi de France Louis VII en la cathédrale d'Angoulême à la Pentecôte de 1151 en présence entre autres d'Hugues de Payns Maître du Temple (alors qu'il est mort en 1136) et de Gérard(1), évêque d'Angoulême (mort également en 1136)...

Un autre acte mentionne un don fait aux Templiers par Guillaume de Mauzé(2), Sénéchal de Poitou, à Acre en 1150 en présence de Eudes de Saint-Amand, Maître du Temple (alors que celui-ci ne sera Maître de l'Ordre qu'en 1171)...

Le seul indice disponible est que la commanderie aurait bien été crée vers le milieu du 12e siècle comme en atteste le style du portail d'entrée de l'église qui existe toujours.

Au 13e siècle, Frère Elie de Matirac, commandeur de Beauvais figure comme témoin dans un acte daté de 1231 concernant la commanderie des Epeaux.
En 1295, un bourgeois de Beauvais lègue par testament aux Templiers divers biens. Le commandeur de l'époque, Frère Pierre de Tours figure comme témoin de cet acte.

Au cours des interrogatoires qui ont suivi l'arrestation des Templiers, plusieurs frères de l'Ordre ont déclaré avoir été reçus dans la maison du Temple de Beauvais, citée aussi dans les minutes comme la maison de Baves ou de Banes.

Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:BeauvaissurM1.JPG
Les bâtiments de la commanderie
Source : Wikimédia Commons

L'enquête pontificale sur l'état des biens des Hospitaliers établie en 1373 nous donne quelques informations sur les effectifs de la commanderie, à savoir : un commandeur, un chevalier, un prêtre, un diacre, trois sergents et cinq autres personnes : un prêtre et quatre travailleurs laïcs.
A cette époque, cinq maisons dépendaient de la commanderie de Beauvais : Le Fouilloux, Boixe, Angoulême, Sallerit et Bourcelaine.

La guerre de Cent Ans et la grande peste qui sévissait en cette deuxième moitié du 14e siècle ont causé un appauvrissement considérable du domaine entier.
A l'époque de l'enquête pontificale, trois des maisons sont désertées et ne fournissent donc plus aucune ressource. Les cultures des deux autres se réduisaient à la production de quelques boisseaux(3) de grains. Les revenus de la commanderie suffisaient juste à assurer sa survie et sa défense.
Après la guerre, les Hospitaliers de Beauvais ont obtenu du Roi Charles VII(4) en 1452 des lettres patentes les autorisant à installer quatre foires annuelles à Beauvais même et en 1460, des lettres patentes rétablissant le marché hebdomadaire du vendredi.

Au 15e siècle, les archives mentionnent que les commanderies de Châteaubernard et d'Angles sont rattachées à celle de Beauvais.

Les différents procès-verbaux établis lors des visites prieurales au cours des siècles suivants nous montrent l'évolution de la commanderie et nous renseignent sur les différents travaux qui ont dû être effectués au fil des ans.
La commanderie templière se présentait sous une forme rectangulaire. Les différents bâtiments ainsi que des murailles étaient disposés tout autour d'une vaste cour intérieure.
La chapelle, bâtie par les Templiers, a été fortement remaniée au cours des ans. Du bâtiment primitif, il ne reste que le mur ouest, percé d'un portail en style roman et une partie du mur sud.
Le logis du commandeur a quant à lui disparu presque totalement. Situé en face de l'église, il ne reste que des traces dans les bases des murs des hangars qui ont été construits à sa place.
La grange, toujours visible de nos jours, formait à elle seule le côté ouest du quadrilatère. Elle faisait partie intégrante du système défensif de l'ensemble, ainsi que le prouvent des vestiges laissés dans la maçonnerie et sa position parmi les bâtiments.

Notes :

(1)Gérard II d'Angoulême. Il est originaire de Blay en Normandie. Né sans doute vers 1060, il est d'abord précepteur des comtes de Périgord, avant de devenir chanoine à la cathédrale de Périgueux et d'être nommé évêque d’Angoulême en 1101. En 1107, il est légat du pape Pascal II pour l'Aquitaine. En 1110, il fait entreprendre la construction de la nouvelle cathédrale d'Angoulême. En 1131, il soutient l'antipape Anaclet II contre le pape Innocent II. Il meurt en 1136.

(2)Il s'agirait de Guillaume IV, seigneur de Mauzé et Marans. Il est le fils de Porteclie 1er de Mauzé. Il est né vers 1135 et meurt en 1200 ou 1210 (en fonction des sources). Il est sénéchal de Poitou de 1176 à sa mort.

(3)Un boisseau est une ancienne mesure de capacité de produits "secs", tels les céréales, la farine,... Sa valeur variait en fonction de l'époque et du lieu, mais était proche des 12 litres.

(4)Charles VII de Valois, dit Charles "le Victorieux", né à Paris le 22 février 1403 et mort à Mehun-sur-Yèvre le 22 juillet 1461. Il est roi de France de 1422 à 1461. Il est le fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière.


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Les Commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Saintonge et en Aunis"
    Anne-Marie Legras ; Editions du Centre National de Recherche Scientifique, 1983
  2. "Les Templiers dans le Sud-Ouest"
    Jacques Dubourg ; Editions Sud Ouest, 2001
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017