La commanderie de Bertransart

Pas de galerie photo disponible

Belgique, Province de Namur

Belgique, Province de Hainaut, à environ 10 km au sud de Charleroi, commune de Gerpinnes.

D'après certaines sources, l'origine de l'implantation des Templiers à Bertransart viendrait d'un don fait par Godefroid III (ou Godescal III) de Morialmé(1) à l'Ordre au moment de son départ en Terre Sainte avec les armées de l'Empereur Germanique.

Bien que certains mentionnent l'existence d'une charte donnée par le Marquis(2) de Namur, Philippe 1er de Hainaut(3) en 1196 et mentionnant la maison de Bertransart, la première mention certifiée date du 21 juin 1240, et est reprise dans le règlement d'un conflit entre les Frères de Bertransart et Marguerite, abbesse de Moustier-sur-Sambre(4), à propos d'alleux(5) situés à Gerpinnes. Cet acte est contresigné par Frère Renaud, précepteur de Hainaut et de Brabant.

En 1243, Jean Colon, bailli de Namur, rend un jugement pour clôturer un différend territorial que les frères de Bertransart avaient avec Otton de Morialmé, seigneur de Loverval, au sujet du bois de Ruzomont (ou Rujemont). Ce bois avait été donné aux Templiers par le comte de Hainaut(6) en présence de frère Jacques, précepteur de la dite maison de Bitronsart, moyennant un setier(7) de rente à verser au seigneur de Loverval.

Une dernière charte, datée du 5 mai 1267, nous montre un certain seigneur Jean de Henripot (ou Henripont) donnant à Notre-Dame du temple de Bitronsart son serf Colart Bornart de Boufioulx, corps et biens, moyennant une capitation(8) annuelle de 12 deniers(9) et le meilleur catel(10) exigible à sa mort. Parmi les témoins figurent Frère Adam, commandeur du temple, Frère Jean Briges et Frère Guillaume Chamas.

Au travers de différents textes, les noms de 5 commandeurs de Bertransart nous sont connus : Frère Eustache (1210-1218), Frère Baudouin (1225), Frère Jacques (1230-1237), Frère Adam (1267) et Frère Georges (1275-1280). Ces informations nous indiquent que la commanderie de Bertransart a été créée au plus tard en 1210.

L'inventaire de 1313, réalisé par les Hospitaliers, après qu'ils aient hérité des biens de l'Ordre du Temple, signale que la commanderie possède des terres à Florennes, à Samart et à Philippeville. A Florennes, la commanderie possédait une maison et 30 bonniers(11) de prés. A Samart, les Templiers possédaient la collation(12) de la cure.
Le domaine de Bertransart était quant à lui composé de 80 bonniers de terres cultivables, de 50 bonniers de mauvaises terres, 60 de grand bois complètement dévastés et 80 de petits bois dans le même état.

Un compte rendu de la visite en 1315 de frère Le Rai commandeur de France de l’Ordre de Saint Jean constate que la commanderie a été pillée.
En 1364, Bertransart passe sous la dépendance du grand prieuré de France.
En 1503, les biens passent sous la houlette du prieuré de Villers-le-Temple. Par la suite, les bâtiments sont détruits, les matériaux récupérés et l'actuelle ferme de Bertransart prend la place de la maison du Temple.

Notes :

(1)Godefroid III de Morialmé, aussi cité comme Godescal ou Gottschalk III, était seigneur de Morialmé et de Ham-sur-Heure, Avoué d'Abbaye Saint-Feuillien. Il nait vers 1130 et meurt en Terre Sainte en 1189. Il est le fils de Arnould III de Morialmé et de Ida van der Aa, fille de Léo van der Aa, seigneur de Bruxelles. Il participe à la 3e Croisade dans les rangs de l'armée de l'Empereur Germanique. A la veille de sa mort, il entre dans l'Ordre de l'Hopital de Saint-Jean.

(2)Le comté de Namur a été érigé en marquisat le 23 septembre 1190, lors de la diète de Schwäbisch Hall, par le roi de Germanie Henri VI pour consolider l'héritage du dernier comte de Namur, Henri l'Aveugle, mort en 1186 sans descendance mâle.

(3)Philippe 1er de Hainaut, aussi appelé "le Noble". Il est marquis de Namur de 1195 à sa mort en 1212. Il nait en 1174. Il est le fils puîné de Baudouin V, comte de Hainaut et de Namur, et de Marguerite d'Alsace, comtesse de Flandre. Il doit se battre contre Thiébaut 1er de Bar, beau-fils de Henri l'Aveugle, qui convoite également l'héritage du marquisat de Namur. Après 3 ans de combats, un traité est signé à Dinant le 26 juillet 1199 et reconnait à Philippe la possession de Namur. Le 1er aout 1206, il se marie avec Marie de France, fille du roi Philippe II Auguste. Il meurt de dysenterie à Valenciennes le 09 octobre 1212 sans descendance.

(4)L'abbaye des moniales a été fondée au milieu du 7ème siècle, sous l'influence de Saint Amand, connu aussi sous le nom d'Amand de Maastricht. L'abbaye a été fondée sur un terrain qui appartenait à Pépin II de Herstal, maire de palais d'Austrasie. La légende dit que l'abbaye est pillée par les Normands à la fin du 9ème siècle. Au début du 10ème siècle, l'abbesse, avec l'appui d'Etienne, évêque de Liège, entreprend de reconstruire l'abbaye. Au milieu du 13ème siècle, le monastère est converti en chapitre de chanoinesses nobles. Le chapitre s'est maintenu jusqu'en 1787, année où il est réuni au chapitre d'Andenne et transféré à Namur.

(5)Terre libre ne relevant d'aucun seigneur et exempte de tout devoir féodal.

(6)Thomas II de Savoie, appelé aussi Thomas II de Piémont. Il nait vers 1199 à Montmélian et meurt le 7 février 1259 à Chambéry. Il est seigneur de Piémont (1235-1259), devient comte de Flandre et de Hainaut (1237-1244) par son mariage. Il est le fils de Thomas 1er , comte de Maurienne et de Savoie, et de Béatrice-Marguerite de Genève, fille du comte Guillaume 1er de Genève. En tant que fils cadet, il est d'abord promis à une carrière ecclésiastique. Il est tout d'abord prévôt de l'Église de Valence, ensuite chanoine de Lausanne de 1224 à 1227 avant de devenir chanoine de Lyon. A la mort de son père en 1233 Thomas II quitte l'habit sacerdotal pour rejoindre son frère ainé qui le fait lieutenant général de ses états. En 1236, il vit à la cour de France auprès de sa nièce, Marguerite de Provence, épouse du roi Louis IX. En 1237, Le roi de France lui permet d'épouser Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut, veuve de Ferrand de Flandre. Devenu veuf en 1244, il cède ses droits sur la Flandre à son neveu par alliance Guillaume III de Dampierre et revient en Savoie, où il meurt en 1259.

(7)Ancienne mesure de volume (capacité) variant selon les régions et le matériau mesuré. A Paris, un setier de grains équivalait à environ 152 litres.

(8)La capitation est un impôt par tête, c'est un impôt dont le montant est identique pour toutes les personnes appartenant à une même caste, ou catégorie. Il ne repose pas sur les biens ou sur les revenus, il est dû à raison de l'existence de la personne

(9)Le denier est une des monnaies de base du système monétaire médiéval. De façon générale, le denier correspondait à une pièce de 1g d'argent.

(10)Le catel correspond à l'ensemble des biens possédés par une personne. L'expression "meilleur catel", d'après le Dictionnaire du Moyen Français (http://www.atilf.fr/dmf), signifie "la part du seigneur en cas d'héritage".

(11)Un bonnier ou bonier est une ancienne unité de mesure de surface, utilisée dans les Flandres et les régions avoisinantes, qui valait en fonction des régions entre 1 et 1,4 hectare.

(12)La collation est le droit de conférer un bénéfice ecclésiastique.

    


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. Compte rendu des séances de la Commission Royale d'Histoire ou Recueil de ses Bulletins - Tome 70
    Commission royale d'Histoire ; Librairie Kiessling, 1901
  2. Les Templiers en Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg
    Laurent Dailliez ; Impress Sud, 1978

Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "Le Cercle d'Histoire de l'entité de Walcourt"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 1997-2020