Le château du Bézu (Albezu ou Albedun)

Contributeur : Christian Tourenne

Le château du Bézu
Diaporama en bas de page
France, département de l'Aude

France, département de l'Aude(11), à 7 km à l'est de Quillan.

A 823 mètres d'altitude, le château du Bézu, appelé aussi Albezu, Albezus ou d'Albedun, dresse ses ruines parmi lesquelles on peut encore distinguer une grande enceinte polygonale et le donjon.
Les Seigneurs d'Albedun occupèrent le château entre le 11e et le 13e siècle. Cette seigneurie faisait partie du Comté du Razes, appartenant aux puissants Comtes de Carcassonne.

Vers 1060, ses premiers seigneurs étaient Pierre 1er et Bernard 1er d'Albedun. Pendant les 12ème et 13ème siècles, quelques autres noms ont été enregistrés dans les chartes de la région : Pierre II, Bernard Sermon 1er, Bernard II, Bertrand et Bernard Sermon II. Tous ces personnages ont été seigneurs d'Albedun.
Ce qui rend leur histoire intéressante, c'est que plusieurs d'entre eux ont été en relation avec les Templiers voisins de Campagne-sur-Aude et de Rennes-le-Château.

château du Bézu - vue d'artiste
Château du Bézu - vue d'artiste
© : Philippe Contal

En 1151, Bernard Sermon 1er d'Albedun donne son âme et son corps aux Templiers, faisant en même temps une belle donation d'argent à l'Ordre. Au cours des cinquante années suivantes, sa famille continuera à faire plusieurs donations importantes à l'Ordre.
Bernard Sermon 1er gagnera tellement bien la confiance de ses frères chevaliers que l'Ordre lui donnera le village entier d'Esperaza et ses environs à administrer. C'était un privilège rare et presque inouï.
En 1209, toute la région fut témoin des tourments de la croisade albigeoise.

La famille des seigneurs d'Albedun adoptèrent la foi cathare et, en 1210, Bernard Sermon II abandonna son château à Simon de Montfort(1). Pour un motif bien intriguant, il fut cependant autorisé à rester dans son château. A partir de cet instant, le seigneur d'Albedun adopta une position plus forte. En 1229, il décida de cacher un important "évêque" cathare, Guilhabert de Castres(2), ainsi qu'un Parfait, Guillaume Hunaud(3), sur ses terres. En conséquence en 1231, le Roi de France donna le château d'Albedun à Pierre de Voisins(4), un croisé français.
Toutefois Bernard Sermon ne fut jamais accusé ouvertement d'hérésie. Il fut même autorisé à garder quelques terres dans la région et continua à y vivre avec sa famille.

Ce fait est très surprenant, sachant que tous les autres seigneurs cathares de la région furent persécutés ou durent quitter le pays. En 1240, Bernard Sermon vint même à Montségur pour recevoir la bénédiction de Guilhabert de Castres.
Un autre élément surprenant concernant les seigneurs d'Aldebun était leur fortune. Ils n'ont jamais du emprunter de l'argent et ils avaient d'immenses réserves financières. Plusieurs fois même, ils prêtèrent de l'argent aux Comtes de Carcassonne et firent des dons aux Templiers.

Pour terminer, quelques informations supplémentaires :

  1. Entre 1292 et 1307, le chateau aurait momentanément été la propriété des Templiers.
  2. En 1307, Othon d'Aure, vassal du Comte, vivait dans le château d'Aldebun et fut accusé de fabrication de fausse monnaie
  3. En 1344, la famille de Voisins est de retour dans le château, mais Brunissende, la femme de Jacques de Voisins, Guillaume de Cathala (Beau-fils de Brunissende et neveu du pape Benoit XII) et un couple d'autres nobles furent aussi accusés des même faits.

Vraiment beaucoup d'évènements intriguants se sont déroulés dans ce château d'Aldebun : La grande fortune de ses seigneurs, leur immunité au cours de la croisade albigeoise, les nombreux changement de propriétaire du château et pour finir les histoires de fausse monnaie...

Le château du Bézu a fait couler beaucoup d'encre car il a été présenté comme une commanderie templière par l'abbé Mazières(5), qui consacra un livre à cette hypothèse controversée. Il aurait été transformé vers 1290 par des Templiers venus du Mas-Deu, commanderie catalane, suite à une donation de Pierre de Voisins, seigneur de Rennes-le-Château. Jean Markale, dans son livre «Rennes-le-Château et l'énigme de l'or maudit» (éditions Pygmalion, 1989), indique que les Templiers du Bézu n'auraient pas été arrêtés le 13 Octobre 1307, à la différence de tous les Templiers du royaume de France. Ils auraient alors été sous l'autorité du comte de Barcelone.

La carte I.G.N. (série bleue, 1:25 000, Quillan, 2347 ouest) indique bien le château comme étant le château des Templiers.

Selon une légende, le puits situé dans les ruines de la métairie des Baruteaux abriterait une cloche d'argent. Elle sonnerait le glas chaque nuit du 12 au 13 Octobre (les Templiers furent arrêtés dans le royaume de France le Vendredi 13 Octobre 1307 ...). Une file de fantômes quitterait alors le cimetière pour se diriger vers le château ...

Notes :

(1)Simon V de Montfort, né aux environs de 1170 (la date serait située entre 1164 et 1175) et mort en 1218. Il est issu de la famille des seigneurs de Montfort-l'Amaury, dans les Yvelines. Il est le fils de Simon IV de Montfort et de Amicie de Beaumont. En 1190, il se marie avec Alix de Montmorency, fille de Bouchard V de Montmorency et de Lauretta de Hainaut. En 1190, il rejoint l'armée de Thibaut III de Champagne qui répond à l'appel de la 4e Croisade lancé par le pape Innocent III. Il refuse de suivre les Croisés lors de l'assaut de la ville de Zara imposé le doge Dandolo et quitte l'arméeavec son contingent peu de temps après pour rejoindre Jérusalem par ses propres moyens. Il participe avec le roi Amaury II à quelques expéditions et rentre en Europe à l'automne 1204. Peu de temps après, il hérite du titre de Comte de Leicester à la mort de son oncle Robert IV de Beaumont. Fin 1208, il prend part à la Croisade contre les Albigeois et est nommé Vicomte de Béziers et de Carcassonne après la prise de ces deux villes en 1209. Les années suivantes, il étend ses conquêtes territoriales et en 1213, il remporte une importante victoire lors de la bataille de Muret contre l'armée du roi Pierre II d'Aragon qui y est tué. En 1215, il reçoit le titre de Comte de Toulouse, mais la ville lui résiste. Il vient assiéger Toulouse le 8 octobre 1317 et est tué le 25 juin 1218, alors que le siège est toujours en cours.

(2) Guilhabert de Castres est né vers 1165 à Castres et mort en 1240 au château de Montségur. Il était un éminent théologien Cathare. Il devient rapidement "Parfait" et vers vers 1223, il est reconnu par ses pairs comme "évêque" de l'église cathare de Toulouse. Il participe fréquement aux débats théologiques organisés par les envoyés pontificaux pour contrer l'expansion de la foi cathare. C'est ainsi qu'il participe au colloque de Pamiers en 1207, où il argumente contre Dominique de Guzmán, futur Saint Dominique. En 1222, il parvient à s'échapper de Castelnaudary, assiégé par les troupes de Simon de Montfort. En 1229, il réside au château du Bézu, avant d'aller s'installer à Monségur en 1232, où il parvient à convaincre le seigneur Raymond de Péreille, d'installer dans ses murs la maison principale de l'eglise cathare. Il y meurt en 1240.

(3)Il s'agit de Guillaume Hunaud, seigneur de Lanta, né en 1140 et mort en 1232. C'est un chevalier dit "faydit", ardent défenseur de la cause cathare.

(4)Pierre Ier de Voisins, né en 1177 et mort en 1233. Il est le fils de Gauillaume de Voisins. Il participe à la Troisième Croisade dans les troupes de Philippe II Auguste, et en 1209 il prend part à la croisade contre les Albigeois. Il est alors l'un des lieutenants de Simon de Montfort. Ce dernier lui confiera plusieurs seigneuries dans la sénéchaussée de Carcassonne et dans le Razès.

(5)L'abbé Maurice-René Mazières est né à Perpignan le 18 février 1909. Après ses études de philosophie, il est ordonné prêtrele 29 juin 1935. Il est aussi membre résident de l'Académie des Arts et Sciences de Carcassonne pendant 29 ans. L'Histoire a fait partie intégrante de sa vie : ses études s'orientèrent surtout sur la présence des Templiers dans la Haute-Vallée de l'Aude et sur la famille des seigneurs de Voisins, marquis d'Alzau. Ses écrits témoignent de ses recherches, citons par exemple : "Mystères et secrets des Templiers du Bézu", "La venue et le séjour des Templiers du Roussillon à la fin du XIIIème siècle dans la Vallée du Bézu", "Recherches historiques à Campagne sur Aude", .... Il écrivit plusieurs articles sur l'affaire mystérieuse de Rennes le Château et de l'abbé Saunière.

    


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Les Sites Templiers en France"
    Jean Luc Aubarbier et Michel Binet ; Éditions Ouest-France 1997
  2. "Des Templiers en Haut-Razès"
    Georges Kiess ; Imprimerie Tinena 1990
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017