La Croisade Populaire (1096)

Personnage énigmatique de cette fin de 11ème siècle, personne ne connait exactement les origines de Pierre l'Ermite . Pierre l'Ermite menant la croisade populaire (Francesco Hayez, 1791-1882, Milan, Palais Royal ; cl. Dagli Orti).Nous le retrouvons en France en 1095, où il prêche à qui veut bien l'entendre que les Lieux Saints sont en danger, que les chrétiens sont assassinés .
La légende raconte,à son sujet, que lors de son pèlerinage à Jerusalem, le Christ lui serait apparu en songe en lui demandant d'aller trouver le Pape pour qu'il organise la délivrance des Lieux Saints.
Avant que le pape n'ait pu organiser quoique ce soit, voici Pierre l'Ermite entouré de milliers d'hommes, femmes et enfants qui se mettent en marche vers Jerusalem .En Avril 1096, 15000 pèlerins arrivent en vue de Cologne .

Dans la mouvance de Pierre l'Ermite, Gauthier sans Avoir, un chevalier "errant" se met en marche et traverse avec plus ou moins d'ordre l'Empire Romain Germanique. Il obtient l'autorisation du Roi de Hongrie Coloman de traverser ses terres et entre en territoire Byzantin près de Belgrade pour rejoindre Constantinople vers le 20 juillet. Cette troupe, mal organisée et mal encadrée pour constituer une menace importante est relativement bien accueillie par le Basileus Alexis Comnène qui autorise Gauthier Sans Avoir à camper sous les murs de Constantinople pour attendre l'arrivée de Pierre l'Ermite, parti vers la mi-avril de Cologne.
Celui-ci traverse également l'Empire et le Royaume de Hongrie où il est régulièrement ravitaillé par les seigneurs germaniques et le roi Coloman. Mais juste avant d'entrer en territoire byzantin, la troupe de Pierre l'Ermite prend d'assaut la ville de Semlin, et tue près de 4000 Hongrois à cause d'un problème d'achat de provisions. Le gouverneur byzantin Niketas tente de contrôler et de guider cette troupe encore plus indisciplinée que la précédente, mais n'y parvenant pas, il se décide à se retirer sur Nish, laissant Belgrade ouverte au pillage des pèlerins francs. Au début juillet, Pierre l'Ermite et sa troupe arrivent devant Nish et Niketas consent à les ravitailler pour qu'ils s'éloignent le plus rapidement possible. Malgré les promesses, les pèlerins pillent et saccagent les faubourgs de la ville. Devant cet acte odieux, Niketas lève une armée et massacre plusieurs milliers de pèlerins. Devant Sofia, Pierre l'Ermite rencontre les envoyés d'Alexis Comnène qui lui imposent des conditions pour garantir la suite de son voyage. Pierre l'Ermite respecte ces conditions et arrive devant Constantinople vers le 03 août et rejoint ainsi la troupe de Gautier Sans Avoir qui l'attend depuis près de trois semaines.

Itinéraire suivi par Pierre l'Ermite et Gautier Sans Avoir

Pour éviter de nouveaux pillages, Alexis ravitaille cette imposante armée disparate et consent à lui faire traverser le Bosphore le plus vite possible. Le 07 août, la flotte byzantine fait traverser les pèlerins et Alexis Comnène les assigne à résidence devant la place forte de Civitot (Kibotos) pour attendre l'arrivée des troupes commandées par les Barons qui venaient de se mettre en marche.
La proximité de la frontière turque, Nicée n'est qu'à 35 km au sud-est, provoque un attrait irrésistible chez ces pèlerins et, ni Pierre l'Ermite, ni Gautier Sans Avoir, ne peuvent les empêcher d'aller piller les terres appartenant aux Seljûqides.
Renaud, un des lieutenants de Gautier Sans Avoir parvient même à enlever aux Seljûqides le château de Xérigordon à la fin du mois de septembre. Les turcs le reprennent après deux semaines de siège et massacrent tous les occupants chrétiens.
Pierre l'Ermite, dans l'impossibilité de contrôler cette troupe, la quitte et revient à Constantinople, près de l'Empereur Alexis Comnène.
Les Turcs massacrant les pèlerinsà Civitot en 1096 (XVe siècle)
Le 21 octobre, les 25000 pèlerins restant à Civitot se dirigent vers Nicée, encadrés par moins de 500 chevaliers. Quelques kilomètres plus loin, ils sont assaillis et massacrés par les forces de Qilij Arslân ibn Sulaîmân, l'émir d'Anatolie. Moins de 3000 hommes parviendront à revenir se réfugier dans Civitot qui est aussitôt assiégée par les Seljûqides. Le débarquement de renforts byzantins commandés par Euphorbenos Katakalon brise le siège et permet l'évacuation des rescapés vers Constantinople.

Durant l'été, le passage des bandes disparates et indisciplinées de Pierre l'Ermite et de Gautier Sans Avoir fait des émules dans l'Empire Germanique. Ainsi, on voit un certain Volkmar se mettre à la tête de quelques milliers de pèlerins brigands traverser l'Empire et arriver à Prague où ils massacrent tous les juifs de la ville. Ils sont à leur tour exterminés à leur arrivée en Hongrie par l'armée de Coloman.
Un autre groupe de pèlerins pillards, dirigé par un certain Gottschalk, subit le même destin funeste, ils sont également exterminés par l'armée hongroise.
Le dernier groupe de pillards, dirigé par un chevalier brigand de Rhénanie, Emich de Leisingen, commence sa propre croisade en massacrant les juifs dans toutes les villes rhénanes qu'il traverse (Mayence, Cologne, Trèves, Worms), même si ceux-ci se mettent sous la protection des prélats catholiques. A nouveau, le roi Coloman met un terme à cette vague de pillage et de meurtre en massacrant impitoyablement les membres de cette troupe.


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "L'Epopée des Croisades"
    René Grousset; Editions Perrin 1995
  2. "Histoire des Croisades"
    Jean Richard; Editions Fayard 2002
  3. "Histoire des Croisades et du Royaume Franc de Jerusalem - Tome 1"
    René Grousset; Editions Perrin 1999
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 1997-2018