Le château de Gniew

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images
Pologne, Województwo Pomorskie

Les Teutoniques arrivèrent dans la région de Gniew en 1276, lorsque le duc Sambor II leur fit don d’une partie des terres qu’il possédait à cet endroit.
Le premier commandeur s’appelait Dietrich von Spira. En 1283 ils construisirent une tour de garde, qui ne se trouvait pas sur l’emplacement du château actuel. Son emplacement exact n’est pas connu avec exactitude.

En 1290 les travaux de construction du château débutèrent et la ville de Gniew se développa tout autour. Pour l’emplacement du château le meilleur emplacement fut choisi : la colline la plus haute pointant vers la Vistule.
Les escarpements au sud et à l’ouest constituaient un système défensif naturel, de même que les ravins qui entouraient la colline au nord et à l’est. Ces ravins seront transformés en douves, renforcées plus tard par les murs du château bas.

La construction dura quelques dizaines d’années. Avant la fin du 13ème siècle les murs de 6 mètres d’épaisseur du château haut en forme de quadrilatère et trois tourelles d’angles étaient terminés. Dans l’angle nord-est, on construisit un grand donjon de forme carrée à la base et octogonale dans les hauteurs. Les parties habitables furent érigées contre le mur du côté sud et les communs à l’opposé, contre le mur du côté nord. L’entrée primitive du château se trouvait dans le mur sud. Elle sera murée au début du 15ème siècle.

Au début du 14ème siècle, la deuxième phase des travaux se termina. Les murs et les tours furent rehaussés jusqu’à leur hauteur définitive et des bâtiments furent ajoutés le long des murs est et ouest. On ajouta une galerie dans la cour du château et un chemin de ronde au sommet des remparts.
En 1422, le château fut transformé pour servir de résidence au Grand-Maître Michael Küchmeister. L’entrée du mur sud fut murée et remplacée par une nouvelle porte dans le mur est. Le mur sud porte encore les traces de l’ancien portail. La chapelle fut agrandie par l’adjonction d’un corps de garde et l’aile est fut également complètement modifiée.

Le plan du château de Gniew est différent des autres châteaux teutoniques. Les communs se trouvaient dans les caves et au rez-de-chaussée. Une inspection de 1565 y mentionne les pièces suivantes : garde-manger, cuisine, boulangerie et la prison (probablement dans la cave).
Les étages servent d’habitation et de salle d'audience.
Jusqu’en 1422, l’aile nord abritait le logement du commandeur et les dortoirs. Par la suite, elle sera transformée en logement pour Michael Küchmeister. La chapelle et la salle du chapitre étaient situées dans la partie sud. Le réfectoire occupait une partie des ailes sud et ouest. Les derniers étages étaient occupés à nouveau par les communs, surtout les entrepôts de blé et peut-être aussi par l’armurerie.

La forme finale du château était la suivante : une construction carrée avec 4 côtés de même hauteur mais avec un nombre d’étages différents. Les façades étaient décorées avec un appareillage de briques en céramique noire qui formait des losanges ou un dessin à chevrons.

Pour protéger le château, des douves furent creusées en utilisant un ravin naturel qui l’entourait sur deux côtés. Une lice fut aménagée entre ces douves et le château.
A l’extérieur de celle-ci, un mur d’enceinte complétait le système défensif du château. Egalement de forme carrée, cette lice était défendue par 4 petites tourelles. Trois de forme carrée et la quatrième, plus imposante, de forme circulaire qui servait également de latrines. Une passerelle reliait cette dernière tour au château en lui-même.

En 1422, lors des travaux de réaménagement du château, une nouvelle entrée fut percée dans les murs et un pont levis construit pour la protéger. Un corps de garde fut construit à l’extérieur de l’enceinte pour protéger ce pont-levis. Par la suite, ce corps de garde fut transformé en pavillon de chasse dont la forme actuelle date de l’époque de Jan III Sobieski(1).

Le château possédait également une grande basse-cour dont on connait la description par un document daté de 1565 mentionnant divers travaux de rénovation en cours dans le château. Ce document nous montre que des écuries, des granges, des maisons d’artisans et de servants, du charron et des bains étaient accolées à la muraille extérieure. Au pied de la colline se trouvait le dépôt de blé et le moulin du château.

Gniew était le premier avant poste teutonique sur la rive gauche de la Vistule, d’où son importance stratégique. Les rapports établis pendant la période de 1386 à 1446 montrent que le potentiel militaire du château ne cessait de s’étendre en même temps que la ville se développait économiquement et s’enrichissait.
Au cours de la première moitié du 15ème siècle, après la bataille de Grunwald, la puissance du château s’est effondrée temporairement. Dès que les défenseurs du château apprirent la mort de leur commandeur Sigmund von Ramungen lors de cette bataille, ils ouvrirent les portes aux troupes polonaises qui venaient l’assiéger.
Quelques temps plus tard et sous certaines conditions, le château revint entre les mains des Chevaliers Teutoniques. C’est à ce moment que la ville de Gniew rejoignit la Ligue Prussienne. Le premier vrai siège que dut affronter le château se déroula en février 1454.

Après un siège de plusieurs semaines, les chevaliers polonais, aidés des bourgeois de la ville et des paysans des environs réussirent à provoquer un énorme incendie dans le château au cours duquel la garnison teutonique prit la fuite.
La puissante ville de Gdansk qui voulait assurer la sécurité du commerce sur la Vistule exigea en vain que le château soit complètement rasé. En septembre 1454, le château revint à nouveau entre les mains de L’Ordre Teutonique après un traité conclu avec le Roi de Pologne. La partie des assiégeants qui occupait toujours le château, mit le feu aux bâtiments de la basse-cour en quittant celui-ci.

En 1463, l’armée polonaise sous le commandement du Hetman(2) Piotr Dunin assiégea à nouveau le château. Après 6 mois de siège, la garnison se rendit en donnant le contrôle du château et de la ville à l’armée polonaise. Le château fut alors transformé pour servir de résidence au Staroste(3) dont un des plus célèbres fut Jan Sobieski.

Changé en résidence, le château ne perdit pas sa signification militaire. L’inspection de 1565 confirma des travaux de réparation des murs du château bas. Malgré les efforts pour garder les constructions défensives en bon état, la grande partie des bâtiments habités tombaient en ruine.

Pendant les guerres avec les Suédois, les dégâts s’aggravèrent à cause des plusieurs sièges.
En 1626, les Suédois prirent le château. Les Polonais le reprirent au cours d’un deuxième siège et 10 jours de combats.
En 1655, le château revint aux mains de Suédois pour une courte période. Après le retour des Polonais, les caves du château servirent longtemps comme prison pour les soldats Suédois capturés pendant la guerre(4).

Le château a beaucoup souffert pendant la deuxième guerre polono-suédoise. En 1664, l’inspecteur du château écrivait: «On ne sait même pas quoi était où avant».
Le château-bas était en ruine, mais le bâtiment principal était en meilleur état. Le rez-de-chaussée était bien entretenu et habité et au premier étage se trouvait la chapelle. A cette époque la Vistule a commencé à menacer le château en érodant la colline sur laquelle il avait été construit.

Au 18ème siècle, le château se trouvait dans la partie de la Pologne occupée par les Prussiens qui l’inclurent au nombre de leurs installations militaires.
Les changements effectués à cette époque n’influencèrent pas la conception gothique de la construction. En 1774, les Prussiens changèrent d’avis et transformèrent le château en dépôt de blé. Plusieurs murs intérieurs et plafonds furent abattus, les façades couvertes par des enduits et une nouvelle entrée pratiquée dans le mur ouest.

En 1855, la tour principale est abaissée et les murs extérieurs en partie abattus. Une première tentative de reconstruction du château gothique est faite entre 1856 et 1859 mais sans souci des détails. A la place du donjon initial, une tour identique aux trois autres est construite. De nouvelles fenêtres sont percées dans les murs suite au changement de disposition des pièces intérieures. La tour «Gdanisko(5)» est détruite et les murs extérieurs sont reconstruits. Le château ainsi réamménagé est destiné à devenir une prison.

Apres la récupération par la Pologne de son indépendance en 1918, le château a accueilli les bureaux de l’administration locale et un peu plus tard est revenu aux mains de l’armée polonaise.
En 1921, un incendie ravage le château et seule l’aile sud échappe au feu. Pendant la 2ème guerre mondiale, les Allemands installent dans le château une école des Jeunesses Hitlériennes.
Apres la guerre, les bâtiments sont utilisés par l’armée polonaise.
Les travaux de reconstruction débutent en 1969 et finissent en 1993.
Aujourd’hui le château haut est ouvert aux visites et le château bas accueille un hôtel et un restaurant.
Des tournois médiévaux et des reconstitutions de batailles de la guerre polono-suédoise sont organisés sur le terrain tout autour du château.

Notes :
(1)Jean III Sobieski, né le 17 août 1629 à Olesko(aujourd'hui en Ukraine) et décédé le 17 juin 1696, fut roi de l’Union de Pologne-Lituanie de 1674 à 1696.
(2)Hetman : titre du commandant en chef de l’armée polonaise.
(3)Staroste : Représentant du pouvoir royal, nommé et démis par le Roi qui gérait les forteresses et les terres qui en dépendaient.
(4)Un jour, les prisonniers tentèrent de s’évader. Ils abattirent le mur de la cave voisine et se retrouvèrent dans la réserve de vin. L’évasion ne réussit pas, les prisonniers furent retrouvé complètement ivres, mais ne furent pas punis car ils expliquèrent qu’ils voulaient boire à la santé du commandant polonais.
(5)Tour sanitaire de forme circulaire

Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "Site officiel du château de Gniew (en polonais)"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017