La Commanderie de Haneffe

Contributeur : Cédric VAN VLEM

La chapelle de Haneffe
Diaporama en bas de page
Belgique, Province de Liege

Belgique, Province de Liège, à environ 11 km au sud-est de Waremme, à environ 25 km à l'ouest de Liège.

Trois documents attestent de la présence des Templiers à Haneffe et nous donnent des indications quant à la période de leur installation dans cette localité.

Le premier est une charte datée de 1265 de l'abbaye du Val-Saint-Lambert(1) relative à la vente d'une terre arable sur le territoire de Jeneffe(2) qui mentionne la ferme de la commanderie de Haneffe.

Le second document est une charte de donation qui mentionne que le 11 mai 1271, frère Wautiers, Commandeur de "Heneffe", recevait par devant l'official(3) de Liège, 14 bonniers(4) de bois situés sur le chemin de Hardument(5) et longeant la rivière de Jaeker(6).

Le dernier document, donné à Limont(7) le 22 septembre 1305, mentionne le nom de Frère Gérard comme commandeur de Haneffe.

Quant à la nature du domaine de Haneffe, sa superficie et ses revenus, le seul texte existant est celui d'un inventaire fait par les Hospitaliers en 1313, au lendemain de la dissolution de l'Ordre du Temple par le pape Clément V, qui signale que les propriétés consistaient "en 90 bonniers de terres arables dont chacun pouvait rapporter annuellement 2 muids(8) d'épeautre ; 1 bonnier et demi de prés rendant trois charretées de foin et 14 bonniers de petits bois rapportant de dix ans en dix ans plus ou moins 20 sous tournois. La dîme que l'on devait à la maison était évaluée à 50 muids d'épeautre par an".

En 1371, des archives relatent "l'acensement" de la maison à Wautier de Rochefort(9), seigneur de Haneffe et d'Ochain.

En 1503, un procès verbal relate que la maison est baillée à un fermier qui perçoit les revenus des domaines et les taxes perçues. A charge pour lui d'entretenir les édifices et de faire desservir la chapelle trois fois pas semaine et les jours de fêtes.

En 1797, la Commanderie est déclarée "bien national" et vendue au citoyen Gérard Demet.

La ferme a gardé une disposition assez homogène, bien qu'ayant subit de nombreuses transformations.
Elle montre une commanderie rurale, conforme au plan cistercien où tous les bâtiments forment un carré autour d'une cour centrale.

Elle est accessible par une porte charretière surmonté d'un pigeonnier. La porte est surmontée du millésime "1761" et des armes de Jacques-laure le Tonnelier de Breteuil(10).

Parmi les autres bâtiments, la grange possédait une double porte charretière et des caves voûtées en plein cintre. Seule une pierre millésimée de 1589 aux armes du chevalier Claude de Noël de Conardin(11) a été conservée.

La chapelle actuelle date du 17e siècle. Elle a été reconstruite en 1628 par le chevalier Charles de Fontaine(12), Commandeur de Villers-le-Temple.
Une pierre encastrée dans le mur nord de l'édifice porte encore l'inscription : "CESTE CHAPELLE A ESTE RE EDIFIEE PAR LE CDR DE LA FONTAINE A 1628 ".

En 1788, le rapport d'une inspection sur place décrit précisément la chapelle. Elle est évoquée comme étant "en maçonnerie de pierre dure, pavée en pierre bleue, plafonnée, couverte en ardoises ainsi que le clocher où est une cloche".
La charpente préservée présente encore d'épaisses poutres en chêne. L'autel est dit en pierre et portant "un tableau peint sur bois figurant l'Agnus Dei avec des gradins peints en blanc et jaune".
Aujourd'hui, tout le mobilier liturgique - autel, calices, chasubles,... - a malheureusement disparu.

Vendue avec la ferme comme bien national en 1797, la chapelle n'en perd pourtant pas sa fonction. Jusqu'au siècle passé, trois messes par semaine y étaient encore célébrées.

Au début des années 50, le bâtiment est désacralisé. Il sert alors d'étable pour l'exploitation agricole.
En 1962, l'édifice est classé en raison de sa valeur esthétique, mais progressivement, son état se détériore.
Vers 1970, un projet de restauration est mis en route par la propriétaire. Malheureusement, son décès survient alors que la restauration allait commencer. Le projet est alors abandonné.

En 1983, un groupe de bénévoles du village crée l'Asbl "Chapelle des Templiers".
En 1994, une nouvelle équipe se met en place. Les projets se concrétisent, soutenus également par l'association "Qualité Village". Un bail emphytéotique de 99 ans se conclut, le 1er Janvier 1996, entre le propriétaire et l'association "Chapelle des Templiers".
Entre-temps, l'état de la chapelle se détériore encore. Des mesures d'urgence sont prises pour mettre hors eaux le bâtiment et déposer le clocheton.

Hormis la chapelle, l'ensemble des bâtiments est une propriété privée et ne se visite pas.

Notes :
(1)L'abbaye du Val-Saint-Lambert est située à Seraing. C'était une abbaye cistercienne fondée après une donation faite à l'abbé de Signy (dans les ardennes françaises) en 1202 par Hugues de Pierrepont, Prince-évêque de Liège de 1200 à 1229.

(2)Jeneffe est situé à environ 3 km à l'est de Haneffe.

(3)L'official est un juge écclésiastique diocésain qui a la charge de seconder l'évêque pour l'administration de la justice au sein du diocèse. Ses jugements et décisions ont la même valeur que si ils avaient été prononcés par l'évêque lui-même.

(4)Un bonnier ou bonier est une ancienne unité de mesure de surface, utilisée dans les Flandres et les régions avoisinantes, qui valait en fonction des régions entre 1 et 1,4 hectare.

(5)Harduémont (anciennement Hardument) est un hameau du village de Haneffe, situé à quelques centaines de mètres au sud de la commanderie.

(6)Il s'agit en fait de l'Yerne, un ruisseau affluent du Geer (Jaeker ou Jeker).

(7)Village situé à 4 km au nord de Haneffe, siège d'une seigneurie depuis 1230.

(8)Le muid est une ancienne mesure de capacité, de valeur variable suivant les époques, les régions, et la nature des marchandises mesurées. Pour les matières sèches (avoine, sel,...), un muid valait entre 1,8 et 4 m3. Pour des matières liquides (vin,...), il valait entre 130 et 700 litres en fonction des époques et des régions.

(9)Wautier(Whéry, Wéry ou encore Waty) de Rochefort est seigneur de Haneffe et d'Ochain de 1353 à 1399. Il est le fils cadet de Thierry V de Walcourt, seigneur de Rochefort et d'Agnès de Haneffe de Warfusée. Il hérite de la seigneurie de Haneffe de son oncle maternel Wautier, seigneur de Haneffe, mort sans héritier à Grenade.

(10)Né en 1723, mort en 1785. En 1736, il devient page du Grand Maître de l'Ordre de Malte (a cette époque António Manoel de Vilhena, et ensuite Ramon Despuig). En 1757, il devient Commandeur de Villers-le-Temple ; en 1759, il est ambassadeur de l'Ordre auprès du Saint Siège et en 1777, ambassadeur de l'Ordre à la Cour du Roi de France. En 1774, il devient également commandeur de Vaillampont.

(11)A propos de ce commandeur, on sait seulement qu'il était commandeur de Villers-le-Temple en 1587.

(12)A propos de ce commandeur, on sait seulement qu'il était commandeur de Villers-le-Temple entre 1628 et 1645.



    


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. Compte rendu des séances de la Commission Royale d'Histoire ou Recueil de ses Bulletins - Tome 70
    Commission royale d'Histoire ; Librairie Kiessling, 1901
  2. Les Templiers en Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg
    Laurent Dailliez ; Impress Sud, 1978

Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "http://www.tourisme-hesbaye-meuse.be/fr/fermes-haneffe"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017