Heinrich von Hohenlohe (11??-1249)

Traduction : Agnieszka STAF

Maître de l'Ordre de 1244 à 1249

Heinrich de Hohenlohe est issu d'une famille de "chevaliers libres" de l’Empire Germanique, installée dans le village de Hohenlohe, près de Uffenheim et qui recevra au XVe siècle le titre de comte. Le père d' Heinrich, porteur du même prénom, parvient à rassembler entre ses mains les biens de toute la famille et devient l’un des plus puissants et riches magnats du comté de Wurtenberg. A sa mort, ses biens sont divisés entre ses nombreux enfants.

Selon la coutume de l'époque, Heinrich, en sa qualité de fils cadet, est destiné à la la carrière écclésiastique. Dès les années 1218-1219, on le rencontre comme chanoine du chapître à Würzburg, mais sans doute qu'une vie remplie uniquement de dévotions n'est pas à son goût, car en décembre 1220, avec deux de ses frères, André et Frédérick, il entre dans l’Ordre Teutonique. En même temps, il fait un grand don à l’Ordre : avec ses frères, ils donnent à l'Ordre tout l'héritage reçu à la mort de leur père et convainquent beaucoup de proches pour qu’ils fassent le même geste. Ces dons sont à l’origine de la création de l’une des plus importantes propriétés teutoniques au coeur de l’Empire Germanique, la commanderie de Mergentheim, située au bord de la Tauber dans le Wurtenberg.

En 1221, Heinrich fait le pélérinage en Terre Sainte, comme il est ordonné par la règle de l'Ordre. Il en revient pour exercer la fonction de commandeur de Mergentheim. Il exerce cette fonction sans doute jusqu'en 1224, car l'année suivante, le grand maitre Herman von Salza, lui confie une mission de grande responsabilité. Il doit escorter de Terre Sainte en Italie, la deuxième épouse de l’empereur Frederick II, Isabelle de Jerusalem. Il reste ensuite dans l’entourage du grand maitre sans doute jusqu'en 1232 car il est renseigné jusqu'à cette époque comme grand maitre de la province d’Allemagne.
Il exerce cette fonction jusqu’en 1242. Il reside à Mergentheim et c'est sans doute grâce à lui que cette ville gagne de l’importance. Avec le temps, elle devient le siège du grand maître de la province et après, le troisième siege du grand maître de l'Ordre Teutonique après Malbork et Königsberg.

Vers juillet 1244, après la destitution de Gerhard von Malberg, le chapître général de l’Ordre se rassemble à Acre pour choisir le nouveau grand maître. D'après les chroniques, il y avait trois candidats ; Heinrich von Hohenlohe, Louis von Queden, adjoint du grand maître de Prusse et le mystérieux Wilhelm von Urenbach. Le choix se fera sur Heinrich.
Le nouveau grand maître ne reste pas longtemps en Palestine. En janvier 1245, il vient à Lyon pour intervenir dans la dispute entre l’empereur et le pape Innocent IV. Il represente bien sûr les intérêts de l'empereur, mais une partie des frères s’y oppose en argumentant que l’Ordre se doit de prendre parti pour le pape dans ce conflit. Le meneur de ce parti, le grand maitre de la province de Prusse, Ditrych von Grüningen, a une grande influence au sein de l’Ordre mais Heinrich profite de ses connaissances à la cour de l’empereur et il obtient pour l’Ordre de nouveaux privilèges avantageux repris dans la "bulle d’or", qui confirme toutes les donations faites en Prusse et offre de nouvelles propriétés en Lithuanie et Russie. Elle renforce considérablement la position d'Heinrich dans l’Ordre Teutonique qui fait perdre beaucoup d'influence à ses opposants.

Après un séjour de quelques mois à la cour imperiale et papale à Vérone, Heinrich se précipite en Prusse où les luttes avec le prince Świetopełk et les tribus Prusses durent constamment. En chemin, il octroie une charte à la ville de Elbląg. Il réforme aussi l’administration de l’état qui est devenu très vaste en le divisant en commanderies. Il conduit l’offensive de l’armée teutonique qui se termine par la prise de la ville de Dzierzgoń, un point stratégique entre Chełmno, Kwidzyń et Elbląg. De cette façon, les Teutoniques s'assurent la domination sur l’anse de la Vistule.

Heinrich décède le 15 juillet 1249, au moment où la situation politique avec les Prusses et le prince Świętopełk devient favorable pour les Teutoniques. Il est enterré dans l’eglise de l’Ordre a Margentheim.


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Poczet Wielkich Mistrzòw Krzyzackich"
    Pawel Pizunski; Wydawnictwo "Arenga"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 1997-2018