La commanderie de La Bruyère

    Sommaire des pages sur ce thème:
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images
Belgique, Province de Namur

Belgique, Province de Namur, à environ 12 km au nord de Namur, village de Saint-Denis, commune de La Bruyère.

L’acte le plus ancien concernant « la maison de Bruière » date du 17 février 1241, il est conservé dans les fonds de l’abbaye de Salzinnes. Cet acte mentionne un litige entre le Monastère du Val-Saint-Gorges (abbaye de Salzinnes) et les Templiers de la Bruyère, à propose d’une terre adjugée au monastère. La Bruyère dépendait d’abord de Bertransart. En 1262, la Commanderie de Bertransart devient la seule Commanderie majeure du Comté de Namur. En 1312, Bertransart, La Bruyère et Villers-le-Temple passent aux Chevaliers de Malte et sont annexées à la Baillie d’Avalterre (Pays-Bas), dont Chantraine (Huppaye en Brabant) était le siège.

En 1313, la maison du Temple de La Bruyère comptait 180 bonniers de terre rapportant annuellement 90 muids d’épeautre, 19 bonniers de pré et 100 bonniers de petit bois. Elle possédait, outre la ferme, un moulin et une brasserie. Des biens éloignés étaient loués à des fermiers.

La maison de La Bruyère possédait aussi une chapelle, fondation des Templiers (on peut encore remarquer dans les murs extérieurs du corps de logis de la ferme, l’emplacement des anciennes fenêtres vitrées de cette chapelle). La messe y était célébrée trois fois par semaine sous les Hospitaliers. Les guerres du 17e siècle ayant endommagées la chapelle de La Bruyère, le service divin fut célébré dans la chapelle de Saint-Sauveur à Meux, apprtenant également à l’Ordre. En 1373, la maison de La Bruyère avait encore son recteur.

La valeur des biens était alors estimée à 100 muids d’épeautre de revenu annuel. En 1466, la baillie est divisée en deux Commanderies, dont l’une, demeurant à Chantraine, se compose des maisons situées en Brabant et Comté de Namur.
En 1772, Chantraine est encore divisée en trois et garde six maisons dont celle de La Bruyère. Au XVe siècle, toutes les maisons de l’Ordre étaient louées à des fermiers laïcs. Après 1605, on ne trouve plus mention du moulin, ni de la brasserie.

Au temps des Hospitaliers, le fermier de La Bruyère contribuait à la dotation de la chapelle d’Arthey. De même, il servait de rente à l’église de Saint-Denis. La violation du territoire national par les troupes françaises amène la fin du régime féodal. Les biens de l’Ordre de Malte sont nationalisés.

Jean-Baptiste Buiron, royaliste français, né à Epernay, émigré en Belgique achète La Bruyère ainsi que la chapelle Saint-Sauveur à Meux.
Il permit aux habitants de Meux d’utiliser la chapelle pour les besoins de culte. En 1822, il fit construire à 150 mètres de la ferme, le château actuel entouré d’un jardin.

Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017