La maison templière de Laumusse (Crottet)

Contributrice : Frédérique Roustant

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images (Pas de photos)
France, département de l'Ain

France, département de l'Ain (01), à environ 25 km à l'est de Mâcon.

La date de la création de la maison du Temple de Laumusse n'est pas connue avec certitude. Certains font remonter à la première moitié du 12e siècle l'installation des Templiers dans la Bresse, mais la date de 1203 semble être plus proche de la réalité, car c'est à partir de ce moment que l'on retrouve le nom de Simon de Tornas comme commandeur de la maison du Temple de Laumusse.

L'origine de la commanderie semble se trouver dans un don fait par les seigneurs de Bâgé(1) d'une terre et d'une chapelle se trouvant au carrefour de deux voies de communication importantes pour l'époque.
La commanderie semble avoir été construite sur un ensemble plus ancien, remontant à la période gallo-romaine. En effet, le nom même de Laumusse vient de l'appellation faite à cette époque d'une maison hospitalière, une Mussia, située le long des voies de communications importantes

En 1203, lorsque Simon de Tornas devient le premier commandeur de Laumusse, il entreprend de construire un ensemble de bâtiments autour de la chapelle faisant partie de la donation faite par le seigneur de Bâgé.
Il semblerait que l'implantation de la maison templière en elle-même soit située à environ 400 mètres de l'emplacement du hameau de Laumusse, ainsi que le montre la carte de Cassini.
Cette maison était constituée d'un bâtiment imposant, destiné à l'hébergement des frères de l'Ordre et comprenant sans doute des dortoirs, une salle capitulaire, un réfectoire, des cuisines, et sans aucun doute une petite chapelle réservée aux seuls Templiers. Ce bâtiment était protégé par une palissade faite d'imposants madriers et un double fossé sur lequel était jeté un pont-levis.

De son côté, le hameau devait être constitué de bâtiments agricoles, ainsi que des habitations des nombreux ouvriers et artisans nécessaires à l'exploitation du domaine. Le château actuel, semble avoir été bâti sur l'emplacement de l'ancienne maison du commandeur. La chapelle actuelle, qui était sans doute celle mentionnée dans la première donation devait être à l'usage des habitants du hameau.

Nous ne disposons pas de documents nous permettant d'établir avec certitude quel était l'aspect de la commanderie primitive, mais il est permis de penser qu'elle était à l'image de la plupart des établissements templiers ruraux d'occident, comme la commanderie de Coulommiers ou de South-Witham.

Dépendant directement du maître de Bourgogne, la maison de Laumusse s'étendra rapidement et sera à l'origine de la création de plusieurs filiales : Escopet, Saint-Martin-le-Chatel, Curtaringes, Molissole, Villars, Tanay, Ecorcheloup et Belleville-sur-Saône.

Les commandeurs de Laumusse ont également été souvent chargés d'effectuer des contrôle dans des maisons situées en dehors de leur zone d'influence, ainsi dans le Charolais et en Auvergne, ce qui démontre aussi l'importance que devait avoir cette commanderie.

En plus du domaine situé à Laumusse même, la maison du Temple étendait son domaine sur énormément de hameaux et villages des environs.
Je vous livre ci-dessous quelques uns de ces endroits qui dépendaient directement de la maison de Laumusse, mais leur nombre est trop important pour que je vous les cite tous ici. Je vous renvoie, pour plus de détails à l'excellent travail d'Alain Jantet dans son livre "L'Ain des Templiers".

La maison de Laumusse avait des domaines à:
Le Crottet : au hameau de Broiselant, au lieu-dit "del Roschat" ainsi que plusieurs maisons et prés situés dans le village même;
Bâgé-la-ville, au hameau de Montépin et dans le village même.
Bâgé-le-Chatel, au lieu dit "la Frustria" et au lieu dit "de Barra";
Bey;
Biziat, au hameau de la Moussière, à Saint-Jean-sur-Veyle;
Confrançon, au hameau de Cornaton, au hameau d'Asnières-les-bois;
Cruzilles-les-Mepillat, au hameau de Mepillat;
Curciat-Dongalon, au hameau de Tillet;
Dommartin, au hameau de Laissard, au hameau de Montcrozier;
Feillens;
Laiz, dans le village même et au hameau de Mons;
Manziat;
Marsonnas, le moulin de Clavelle et ses dépendances;
Montcet, au hameau de l'Abergement;
Montrevel, au hameau de Cuet;
Pont-de-Veyle;
Replonges, dans le village même et un important domaine foncier au Hameau de Mons;
Saint-Andre d'Huiriat;
Saint-Didier d'Aussiat, au hameau de Clermont, au hameau de Bruel;
Saint-André-de-Bâgé, au hameau de Huches (Ouches);
Saint-Didier-sur-Chalaronne, au hameau d'Ongeard (Onjar);
Saint-Etienne-sur-Reyssouze, au hameau d'Ouche;
Saint-Genis-sur-Menthon, au hameau de Cocogne;
Saint-Jean-sur-Veyle, au hameau de Chavagnat, au hameau de Savy;
Saint-Sulpice, au hameau de Chazeau;
Vonnas, au hameau de Sachins, au hameau de L'Isle.

Notes :
(1)Le territoire des seigneurs de Bâgé s'étend sur trois paroisses limitrophes, Bâgé-le-Chatel, Bâgé-ville et Saint-André-de-Bâgé. Bâgé était la 'capitale' de la Bresse, avant que Bourg(en-Bresse) ne prenne le dessus à la fin du 13e siècle.

pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Les Sites Templiers en France"
    Jean Luc Aubarbier et Michel Binet ; Éditions Ouest-France, 1997
  2. "L'Ain des Templiers"
    Alain Jantet ; Editions de Trévoux 1988
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017