La Forteresse de Miravet

Article original rédigé par Aurelio MONGE
source disponible sur www.ebreguia.com/rutadeltemple

Texte français : Alain Fons

    Sommaire des pages sur ce thème:
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images (pas d'images disponibles actuellement)
Espagne, Province de Tarragone

Espagne, province de Tarragone, à environ 70 km à l'ouest de Tarragone, 90 km au sud de Lleida, ville de Miravet.

En décembre 1152, les armées du prince d'Aragon et du Comte de Barcelone assiègent le dernier réduit musulman sur l'Ebre, Le ribat(1) de Miravet. Celui-ci, construit au 10e siècle, à l'époque du calife Abd-al-Rahman, faisait partie du système défensif de l'Ebre, sur l'importante voie de communication entre Tortose et Saragosse.
La place tombe aux mains des armées chrétiennes le 24 aout 1153 après une furieuse et sanglante bataille. Le jour même de sa prise, les deux chefs de l'armée chrétienne donnent la place en fief à Pere de Rovira, maître de l’Ordre du Temple en Espagne et en Provence.

Les Templiers s'efforcent alors de bâtir un véritable couvent-forteresse sur les fondation du ribat musulman, de façon à pouvoir assurer la défense de ce point stratégique sur l'Ebre. Une première cour est entourée d'une muraille de vingt-cinq mètres de hauteur. La basse-cour est ceinte d'un second rempart. Le rez-de-chaussée du donjon était occupé par la chapelle. Celle-ci avait un chevet en cul-de-four.

L'ensemble des terres contrôlées par la forteresse comprenait la quasi totalité des contrées actuelles de la Ribera d’Ebre et la Terra Alta, un territoire énorme, à mi-chemin entre la commanderie et la province, dont dépendaient 27 maisons et, plus tard, les commanderies de Horta et d’Asco.
Le commandeur de Miravet a porté pendant un certain temps le titre de commandeur de Tortosa-Miravet.
Jusqu'en 1230, Miravet est utilisé pour la défense de cette zone stratégique sur l'Ebre.

Berenguer de Saint-Just est le dernier commandeur de Miravet, de 1297 à 1307.
Au moment de l'arrestation des Templiers en France en octobre 1307, les Templiers de Miravet s'enferment dans leur forteresse et se mettent sous la protection de Raymond de Guardia, commandeur du Mas Deu, en Roussillon.
Ils résistent plus d'un an aux troupes du roi d'Aragon, jusqu'en décembre 1308, avant de se rendre et d'être arrêtés.

A la dissolution de l'ordre en 1312, la forteresse est remise entre les mains de l'Ordre de l'Hôpital, qui l'a intégrée dans sa châtellenie d'Amposta, et ce jusqu'en 1835.

Malgré après avoir souffert six guerres, deux ordres de démolition, les réformes Carlistes(2), son exploitation massive en tant que carrière de pierres et un long abandon, le château de Miravet conserve la quasi totalité de sa structure originelle et un total de 16 dépendances couvertes, qui font de lui le château le mieux conservé du 12e siècle dans toute la région catalano-aragonaise.

L'enceinte supérieure constitue le corps principal de la forteresse et dispose ses dépendances tout autour d'un patio central sur trois niveaux. On peut ainsi retrouver une partie destinée aux besoins matériels : silos, magasins, cuisines, fours, réfectoires, et une partie destinée aux besoins spirituels : dortoirs, cloitre et chapelle en l'honneur de Sainte Marie de Grace.
L'enceinte inférieure, destinée à la partie militairee, se compose de trois terrasses entourées de murailles et échelonnées et où l'on trouve entre autre, les écuries, la prison, mais aussi le cimetière.

En 1990 le château a été remis en donation à la Generalitat de Catalunya et déclaré bien d'intérêt culturel.

Notes :
(1)Le ribat est originellement une petite forteresse construite comme une ligne de défense frontalière dans les premiers temps de la conquête musulmane du Maghreb. Ces fortins servent alors à protéger les routes commerciales mais aussi à diffuser l'islam.
(2)Le Carlisme est un mouvement politique légitimiste espagnol apparu dans les années 1830 qui revendique le trône d'Espagne pour une branche alternative des Bourbons. De tendance conservatrice et anti-libérale, il est à l'origine de trois guerres civiles qui déchirent le 19e siècle espagnol et marquent profondément le pays.

pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Rutas por la España de los Templarios"
    Alberto Canagueral & Federico Puigdevall ; El Pais Aguilar, 2005
  2. "Los Enclaves Templarios - Guia Magica de la Orden en España"
    Juan G. Atienza ; Collecion Guias Magicas, 1999

Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "www.ebreguia.com/rutadeltemple"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017