La maison de Moersdorf (Metzdorf)

Contributeur : Bernard Boubel

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images
Grand-Duché de Luxembourg, district de Grevenmacher,canton de Echternach, Commune de Mompach

Grand-Duché de Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg, district de Grevenmacher,canton de Echternach, commune de Mompach, à environ 10 km au sud-est d'Echternach, sur la frontière avec l'Allemagne (Aglomération de Langsur coté Allemand).

L’étude de cette implantation est rendue difficile par le fait qu'elle est actuellement à cheval entre le Luxembourg et l’Allemagne , Moersdorf coté Luxembourgeois et Metzdorf coté Allemand séparés par la Sûre. On trouve aussi Grewenich coté Allemand et Givenich coté Luxembourgeois, la frontière n’existant pas au 12ème et 13ème. siècle. De plus les noms ont changé, on parlait de Mettendorf pour Metzdorf en 1350 par exemple. Il convient donc d’être prudent lors des recherches dans les deux pays pour établir l’histoire de cette maison qui n’appartenait pas à la maison de Roth mais probablement à celle de Trèves.

Maison d’importance qui comprenait une église, et, selon Fr. Stronck, curé à Moersdorf en 1844, on y voyait encore dans la sacristie des peintures représentant des templiers, cette église était construite sur des fondations romaines mais elle a brûlé en 1853 (C.Beck, "Geschichte des Dorfes und Pfarrei Moersdorf") et (Peter Clomes, "Versuch einer statistisch geographischen Beschreibung des Grossherzogtums Luxemburg"), cette église était du côté luxembourgeois comme la principale partie de la ferme car c’est géographiquement le coté le plus fertile et le mieux exposé au soleil pour les cultures.
Clomes raconte aussi la tradition locale selon laquelle les pommes Rambour qui font la réputation de Moersdorf (on les appelle les Klo’schteräppel : traduire "pommes du couvent") étaient cultivées et introduites en ces lieux par les Templiers, encore une fois la tradition locale paysanne pourrait bien avoir raison car le botaniste Jean Ruel qui fut le premier à décrire cette variété dans son "de natura stirpium" et en donna le nom de "Rambure d’été" car elle poussait en quantité à Rambures qui est une localité située près d’Abbeville dans la Somme, or Abbeville était également une commanderie templière.
Vers 1610 on prononça et on écrivit Rambour et ce nom est resté pour cette variété de pommes. Il est très possible que les templiers voyant la productivité des arbres d’Abbeville en aient fait profiter les autres commanderies ayant un climat identique.

Moersdorf étant situé sur la Sûre, la situation était encore une fois idéale pour une implantation de pêcherie et d’un moulin, mais si on connaît l’existence d’un moulin nous ne possédons plus de document attestant qu’il appartenait aux Templiers, mais des dimes étaient perçues sur la commune voisine de Givenich (actuel centre pénitencier), qui elle n’en possédait pas.

Les possessions de Moersdorf passèrent aux Hospitaliers mais ceux-ci ne les exploitèrent pas longtemps et ils se contentèrent d’en percevoir les dimes après que Jean l’Aveugle qui hérita du Comté de Luxembourg et en devint le roi en épousant à 14 ans l’héritière de Bohème, leur octroyât les mêmes privilèges qu’aux Templiers. ( Wurth Paquet Regestes XVIII , p.64)
Il ne reste actuellement plus de vestiges recensés coté Luxembourgeois.


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Biographie nationale du pays de Luxembourg : Fascicule 21"
    Jules Mersch; Imprimerie Victor Buck SARL, 1975
  2. "Bulletin des Amis de l'Insolite - Les Templiers en Luxembourg"
    Les Amis de l'Insolite ; 2002
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017