Gebhard de Dollnstein-Hirschberg, (1018-1057)

Pape sous le nom de Victor II de 1055 à 1057

Les historiens estiment qu'il est né vers 1018, mais situent son lieu de naissance en Bavière ou en Souabe. Ses parents furent le comte Hartwig de Calw et la comtesse Baliza. Issu de famille noble, l'empereur Henry III le reconnut comme parent. Il fut également le neveu de l'évêque Gebhard III de Ratisbone qui, en 1042, le présenta à Henry III comme candidat au siège épiscopal de Eichstätt. Après voir hésité quelque peu à cause du jeune âge de Gebhard, il donna néanmoins son accord pour cette investiture après avoir pris l'avis de l'archevêque Bardo de Mayence.
Gebhard prouva qu'il était un bon évêque et un homme d'état avisé. Il fit partie de la suite d'Henry III lorsque ce dernier fut couronné à Rome en 1046, et prit part au synode dirigé par Léon IX à Mayence en 1049.

A partir de cet instant, il devint l'un des conseillers les plus influents de l'empereur Henry III. Ce fut sur son conseil qu'en 1053, l'empereur refusa d'envoyer une de ses armées pour aider Léon IX dans sa lutte contre les Normands. Il regretta amèrement cette décision une fois qu'il fut sur le trône pontifical. Dans la même année, il devint régent de Bavière au nom du jeune Henry IV. A cette occasion, il sut prouver sa loyauté envers l'empereur contre le duc Konrad, les comtes de Scheyern et son propre oncle, l'évêque de Ratisbone.

Après la mort de Léon IX, le cardinal Hildebrand à la tête d'une légation romaine vint chez l'empereur avec la requête urgente de désigner Gebhard comme pape. A la diète de Mayence en septembre 1054, l'empereur accepta cette requête, mais Gebhard refusa la dignité papale. Mais en 1055, lors d'une diète tenue à Ratisbonne, il se décida à accepter la charge pontificale, à la condition que l'empereur remît au Saint Siège toutes les possessions territoriales qui lui avaient été enlevées. L'empereur agréa à cette condition et Gebhard accompagna Hildebrand à Rome où il fût solenellement élu pape le 13 avril 1055 en prenant le nom de Victor II.

Victor II fut un digne successeur de Léon IX. Avec un infatiguable zèle, il combattit, comme son prédécesseur, contre la simonie et le nicolaïsme. Le 04 juin 1055, dimanche de la pentecôte, il tint un large synode à Florence, en présence de l'empereur et de 120 évêques, où plusieurs décrêts antérieurs contre la simonie et le nicolaïsme furent confirmés et plusieurs évêques fautifs furent déposés. Il envoya également des messagers au roi de Castille Ferdinand 1er le menaçant d'excommunication s'il ne reconnaissait pas Henry III comme empereur Romain.

Durant l'été 1056, il se rendit en allemagne à la demande expresse de l'empereur. Le 5 octobre, il était à son chevet à Botfeld et fut témoin de son décès. Juste avant de mourir, l'empereur nomma son fils Henry IV, âgé de 6 ans comme son successeur et confia la régence du royaume au pape. Le 28 octobre, après l'inhumation de l'empereur dans la cathédrale de Spire, il consolida sa succession en intronisant Henry IV à Aix-la-Chapelle.

Laissant la régence de l'Empire dans les mains d'Agnès, mère d'Henry IV, Victor retourna à Rome où il présida un concile à Latran le 18 avril. Il mourut à la fin du mois de juillet et fut inhumé dans l'église Sainte Marie de Ravenne, aux côtés de Théodoric le Grand

Pape précédent : Léon IX - Pape suivant : Etienne X

Retour à la liste des Papes


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Histoire des Papes - de Saint Pierre à Jean Paul II"
    Editions Tallandier - Historia 2000

Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "Wikipedia - l'encyclopédie libre"
  2. "New Advent - The Catholic Encyclopedia"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017