Raymond du Puy (????-1159)

Maître de l'Ordre de 1120-1121 à 1159

Raymond du Puy est issu de la famille de la maison du Puy-Montbrun.
Aussitôt son entrée en exercice en 1120-1121, il adressa des lettres à tous les fidèles pour demander les secours de leur charité. Le pape Calixte II appuya ces lettres d’une bulle adressée à tout le clergé d’Europe. Raymond, qui avait distingué parmi ses frères hospitaliers beaucoup de vieux compagnons de Godefroi de Bouillon, qui, nés dans les camps, élevés au bruit des armes, sentaient battre encore un cœur guerrier sous la robe de bure, assembla le conseil de l’Ordre, lui exposa les bienfaits qu’on en attendait, peignit sous les plus vives couleurs les cruautés exercées par les infidèles sur les malheureux pèlerins qui n’avaient pu s’enfermer dans les murs de la ville sainte, et, saisi d’un noble enthousiasme, il proposa aux Hospitaliers de joindre aux trois premiers vœux qui les avaient réunis, celui de prendre les armes pour la défense de la religion. Les vieux soldats de Godefroi accueillirent avec transport un pareil projet, et l’Ordre fut sur-le-champ classé en trois divisions : les prêtres et aumôniers, les frères servants qui devaient rester auprès des malades ; enfin les chevaliers, tous hommes de noble extraction, tous preux guerriers, tous ceignant l’épée et la cotte de maille sur le froc des religieux. C’est ainsi que se forma cette milice, qui ne cessa depuis de verser son sang pour la défense de la religion et la délivrance des captifs. Une multitude de jeunes gentilshommes accoururent de toutes les parties de l’Europe pour faire partie d’une association aussi honorable, et le nombre en fut si grand, qu’on fut obligé de les classer selon le pays d’où ils tiraient leur origine ; c’est de là que ces légions prirent le nom de langues, c’est-à-dire les provençaux, celle de langue de Provence, les Italiens, celle de langue d’Italie, etc. Cette dénomination prit plus tard le nom d’auberge. Raymond du Puy, se trouvant le chef de tant de braves guerriers, fut offrir ses services à Baudouin, roi de Jérusalem, frère de Godefroi de Bouillon, qui les accepta dans l’intérêt des chrétiens qui se trouvaient en Palestine. C’est à cette époque que le titre de Maître ou de Grand-Maître lui fut dévolu par ses chevaliers. Il signala sa valeur et son habileté dans l’art militaire, à la tête de ses chevaliers, dans un très grand nombre de rencontres. A peine était-il en possession du magistère, qu’il marcha avec sa troupe au secours de la principauté d’Antioche, que Doldequin, dit Il-Ghazi, roi de Maredin, dévastait impunément après la victoire qu’il avait remportée, l’an 1119, sur Roger, prince régent du pays, qui périt dans l’action. Raymond mit en déroute les infidèles et amena le roi Baudouin triomphant à Antioche. Le régent du royaume de Jérusalem, ayant appris que les infidèles avaient formé le siège de Jaffa, engagea Raymond à voler, avec sa troupe, au secours de la place. Raymond disposa si bien ses gens et les anima tellement par son exemple, que, quoique très inférieurs en nombre, ils forcèrent les assiégeants, déjà battus sur mer par les vénitiens, à lever le siège. Les croisés faisaient alors celui de Tyr. Raymond, étant allé les rejoindre, eut part à l’heureuse issue de cette expédition qui ajouta Tyr aux conquêtes des croisés. Il continua ses succès et contribua à la prise d’Ascalon, qui fut emportée en 1153, malgré la longue et brave défense du commandant de la place. Il avait obtenu du pape innocent II en 1130, que la bannière de l’Ordre serait une croix blanche sur un champ de gueules ; ces armes sont encore aujourd’hui celles de l’Ordre. Ce fut lui qui donna et qui recueillit les différents statuts de l’Ordre, dont il fit un corps de législation qui fut confirmé dans un chapitre général. Il obtint aussi pour ses hospitaliers de grands biens dans le royaume d’Aragon. Il mourut vers l’an 1159, dans l’hospice de Saint-Jean.

Maître précédent : Gérard Tunc - Maître suivant : Oger de Balben

Retour à la liste des Maîtres


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "L’Ordre de Malte - Ses Grands-Maîtres et Ses Chevaliers"
    M. de Saint-Allais; Paris 1839
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017