La Forteresse de La Roche Guillaume

Article original rédigé par Maxime GOEPP et Benjamin SAINTAMON www.orient-latin.com

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images (pas de photos disponibles)
Turquie, Province de Hatay

Turquie, province de Hatay, à environ 80 km au nord de Hatay (Antioche)

La Roche Guillaume, appelée dans les chroniques arabes au temps des Croisades Hajar Choghlan, se situe dans les contreforts de l'Amanus, à l'est du Pas de la Portelle qu'une piste reliait jadis à la forteresse.
Perché à 1250 mètres d'altitude, ce nid d'aigle occupait une position stratégique, dominant d'une part la vallée du Kara Çu où passait la grande route allant d'Antioche vers le nord, surveillant de l'autre toutes les passes de la montagne.

D'abord possédée par la famille de la Roche, la citadelle entra à une date indéterminée dans les possessions de l'Ordre du Temple. La légende veut que le sultan Saladin ait assiégé la place en 1188, du fait de la présence d'un chevalier qu'il haïssait : Jean Gale.
Ce dernier, en rupture de ban avec la chrétienté pour avoir tué son seigneur lige, avait trouvé refuge en terre sarrasine, auprès du Sultan lui-même avec lequel il se lia d'amitié. Ce dernier lui confia son neveu pour parfaire son éducation militaire à la manière des Francs et lui « enseigner courtoisie ».
Voulant obtenir le pardon de ses coreligionnaires, l'audacieux chevalier livra son protégé aux Templiers, ce qui poussa le Sultan à la vengeance...
Il entreprit donc le siège de la Roche Guillaume, mais d'alarmantes nouvelles de Palestine (provenant de la garnison d'Acre que le roi Guy de Lusignan était venu assiéger avec des chevaliers recrutés à Tripoli et les premiers contingents avant-coureurs de la Troisième croisade), lui firent aussitôt lever le camp.

En 1203, le roi de Petite Arménie s'empara de Roche Guillaume au détriment des Templiers lesquels durent reprendre ensuite la place, puisqu'en 1237, ils y lancèrent une expédition pour tenter de reprendre leur château de Trapesac, distant à vol d'oiseau d'une quinzaine de kilomètres. Les Arméniens la réoccupèrent plus tardivement.
Enfin, en 1298-1299, le sultan d'Egypte envoya une armée pour envahir la Syrie du nord et la Cilicie. Elle s'empara de Roche Guillaume et de Servantikar à l'occasion de cette campagne.

La forteresse était batie au confluent de deux profondes vallées sur un éperon offrant un beau panorama sur la baie d'Iskanderum. Le réduit, à l'extremité est du promontoire, n'offre guère plus que quelques ruines dépareillées. A noter la présence d'une chapelle castrale, sans doute l'élément le mieux conservé du site.


Plus de ressources sur le Web... Sources sur Internet
  1. "Forteresses d'Orient - www.orient-latin.com"
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017