La Chapelle de Rurka

source : Agnieszka STAF

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images
Pologne, Województwo Zachodnio Pomorskie

Pologne, Województwo Zachodnio Pomorskie, à 35 Km au sud de Szczecin, à 65 km au nord-ouest de Gorzów WielkoPolska, commune de Banie.

Les chevaliers de l'Ordre du Temple sont arrivés à Rurka en 1235. Le prince de Szczecin, Barnim I, leur a donné la terre du village de Banie. Ils ont construit leur commanderie à Rurka. Elle avait dès le début un style de maison-ferme avec ses bâtiments dispersés. La majorité de bâtiments a été construit en bois.
La maison du couvent et la chapelle étaient entourées par une douve peu profonde et une clôture, qui séparait la partie monastique de la commanderie (sacrum) de la partie laïque (profanum). Des bâtiments primitifs conservés jusqu'à nos jours, il ne reste que la chapelle. Il existe des preuves qui permettent de supposer que les Templiers sont restés à Rurka après la suppression de l'Ordre par le pape Clément V en 1312. En 1318, Le Margrave de Brandebourg et les Hospitaliers signent l'accord de Cremmen partageant les biens des Templiers dans la région.
Plusieurs Templiers de Rurka ont rejoint les rangs des Hospitaliers. Dans les années 1320-1330, des documents stipulent encore des noms de chevaliers avec la qualification de " Frères Templiers ".
Grâce à la localisation stratégique de la commanderie de Rurka, des négociations de paix se sont déroulées là-bas en 1371. La preuve que la commanderie n'était pas un château-fort, est le fait qu'en 1373, une poignée d'aventuriers locaux a forcé le mur qui constituait plutôt la clôture que le mur de défense, et a brûlé les bâtiments de la commanderie. Ils ont profané la chapelle qui a résisté à la destruction totale grâce a sa construction solide en pierres de granit.
Pendant les siècles suivants, le domaine de la commanderie est devenu une ferme rattachée à un monastère qui est ensuite passée aux mains d'un propriétaire laïque. Au XVIIIème siècle, la chapelle était utilisée comme dépôt de blé et pendant la deuxième moitié du XIXème siècle, elle est devenue l'une des annexes d'une distillerie. A cette époque, plusieurs petit bâtiments ont été construits tout autour, la construction du toit a aussi été changée et les murs abaissés.
Aujourd'hui la chapelle est une propriété privée.

En 1999, le Dr Przemyslaw Kolosowski a dirigé des travaux archéologiques dans la commanderie de Rurka. Dans l'une des 3 tranchées de fouilles situées autour de la chapelle, on a découvert le cimetière du Moyen-Age avec 32 sépultures. La majorité des squelettes montrent que les gens étaient enterrés selon le rituel chrétien: la tête vers ouest, sur le dos, avec les mains au long du corps ou au niveau du bassin.
Cependant, 3 squelettes d'hommes découverts s'écartent de ce modèle. Le premier d'entre eux a été enterré sans cercueil, la tête vers l'ouest, mais le visage vers la terre et les mains glissées sous le ventre.
Le deuxième homme repose sur le dos avec les jambes recroquevillées sur son ventre dans un cercueil adapté à cette position.
Le troisième a aussi été mis dans la tombe sans cercueil, la tête vers l'ouest, sur le ventre, une main au long du corps et l'autre glissée en-dessous de la poitrine. La position des jambes laisse a supposer qu'elles pouvaient être ligotées.
D'où viennent ces différences?
Peut-être qu'ils sont morts d'une de ces maladies contagieuses tellement répandues au Moyen-Age et ils ont été enterrés précipitamment et sans ordre. Il est aussi possible qu'à cause de certains délits commis pendant leur vie, ils ont été punis par la privation d'un enterrement chrétien.
La disposition des squelettes fait aussi penser au rituel " anti-vampirique ", mais il faut exclure cette hypothèse, car les gens soupçonnés de vampirisme n'étaient jamais enterrés en terre bénie comme l'ont été nos trois inconnus.

Les archéologues ont aussi découvert une tombe qui se distingue particulièrement des autres. La caverne tombale a été repérée à 0,9 m sous la surface et son fond 1,7m plus bas. Elle a une forme de quadrilatère régulier avec les coins arrondis. Son axe le plus long est orienté dans la direction est-ouest. Les dimensions de cette tombe sont étonnantes (largeur de 1,26m et longueur de 2,30m) par rapport aux dimensions moyennes (largeur de 0,55m-0,8m et longueur d'environ 2m). La tombe était remplie par du sable brun mélangé parfois avec du sable jaune et gris. Il y avait aussi beaucoup de charbons de bois. Le squelette a été retrouve à 2,4m de profondeur (par rapport au niveau de la surface).
Autour de lui, le sable noirci montrait le contour du cercueil. Aux environs de la clavicule on a découvert une broche en forme de cercle avec une décoration géométrique estampée. A sa mort, cet homme avait entre 50 et 60 ans et un traumatisme de l'os pariétal a causé son décès. On a aussi retrouvé dans cette tombe des clous et des restes du cercueil en chêne en dessous des jambes du squelette. A 20 cm en dessous de lui, il y avait des fragments d'os et de cranes de personnes enterrées au même endroit avant la construction de ce tombeau. Ceux qui l'ont creusé les ont découverts et après la fin du travail, les ont redéposés en ordre et couvert de 20 cm de sable.

La broche de bronze découverte et qui attachait peut-être la cape d'un chevalier est un objet qui permet définir l'age de la tombe. En la comparant avec les broches semblables du cimetière de Cedynia dont l'age est connu avec précision, on estime que la tombe de Rurka date du XIIIème siècle. La date précise de création de cette tombe est inconnu, mais on sait que le cimetière de Rurka a été créé après l'arrivée des Templiers et il devait déjà exister depuis un certain temps car pour creuser la tombe en question il a fallu entamer des couches plus anciennes du cimetière.
On ne sait pas qui a été enterré dans cette tombe exceptionnelle, mais il doit s'agir sans aucun doute de quelqu'un de très important dans la structure de l'Ordre des Templiers qui a été enterré avec le plus grand respect.
La place au centre du cimetière le montre clairement ainsi que les observations concernant les dimensions et la manière de préparation de la tombe. Le cercueil de chêne, le bois plus durable et plus cher que les autres, souligne aussi la position sociale du défunt.
En creusant cette tombe au XIIIeme siècle, on a retrouvé les os de personnes enterrées avant à cet endroit . Ces ossements ont été ramassés, redéposés au fond de la fosse et recouvert soigneusement de sable. C'est seulement après que le cercueil de notre inconnu a été déposé dans la tombe. A cause de la présence de nombreux morceaux de charbon de bois, on peut aussi supposer que la cérémonie devait être exceptionnellement solennelle. Le souvenir de ce personnage devait être très vivant car personne d'autre n'a été enterré à cet endroit du cimetière.
Les travaux a Rurka sont toujours en cours et on vous informera régulièrement de tous les résultats.

Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017