La Commanderie de Saint-Léger

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images
Belgique, Province de Hainaut

Belgique, province de Hainaut, à environ 10 km au nord-est de Roubaix, 10 km au nord de Tournai, commune d'Estaimpuis.

Actuellement située en Belgique, province de Hainaut, cette commanderie se trouvait dans le comté de Flandre, non loin de la frontière avec le Comté de Hainaut et le Domaine Royal de France.

L'établissement des templiers à Saint-léger est la suite logique du développement intense des propriétés de l'Ordre au XIIIème siècle.

En 1238, Gossuin Fastret de Saint-Léger, décide d'entrer dans l'Ordre. Il y est accepté, et conformément à l'application de la règle de l'Ordre, il abandonne à celui-ci des alleux qu'il posséde dans la commune de Saint-Léger.
Avec ce don important, les Templiers décident d'ériger une nouvelle commanderie dans la région de Tournai, où leurs biens sont déjà considérables.

"ARNOUL, chevalier sire de Mortagne, châtelain de Tournai, approuve le don, fait au Temple par Gossuin Fastret de Saint-Léger, des alleux qu'il tenait en la châtellenie de Tournai, aux Templiers. Lesquels devront tenir ces alleux que leur reporte Arnoul, comme les tenait Gossuin. Soit à charge de 12 deniers l'an payables à la Noël. (Archives Nationales Paris.S.5210, liasse 46, n°32) "

Etant marié, Gossuin obtient l'accord de l'Evêque de Tournai pour se séparer de sa femme et ainsi entrer officiellement dans l'Ordre.
Agnès, femme de Gossuin approuve ce don et cette décision, abandonne ses droits sur ces biens, se voit remettre une somme de 200 livres de Flandre en dédommagement et entre également dans un couvent.

La commanderie de Saint-Léger reçoit régulièrement des dons en terres et domaines. En février 1257, elle reçoit 5 bonniers situés dans le village voisin de Leers.
Un document (archives nationales, Paris, S.5210.Liasse 45, n°15) stipule que ces 5 bonniers sont reloués à bail par les Templiers à un certain Nicolas Panier de Wastines. Ce document est signé par Gauthier de Villers, commandeur en Flandre, Guillaume d'Ypres, chevalier et Paul Audifer, Commandeur de Cobrieux.
Les possessions de l'Ordre continueront de s'accroître grâce à plusieurs dons importants.

Plusieurs actes datés de la deuxième moitié du XIIIème siècle et conservés aux Archives Nationales à Paris, établissent de fait l'expansion des domaines de la commanderie qui s'étendent alors sur plusieurs dizaines d'hectares.
En 1258 un conflit éclate entre la maison du Temple de Saint-Léger et l'abbaye Saint-Martin de Tournai. Les Templiers doivent alors rétrocéder la dîme de Templeuve qu'ils percoivent indûment et la rétrocéder à l'abbaye.
Cet acte de rétrocession est approuvé par la comtesse de Flandre et Mathieu de Motte d'Esplechin, Evêque de Tournai.

Comme partout ailleurs, les Templiers de Saint-Léger tombent sous le coup de l'ordre d'arrestation lancé contre l'Ordre par Philippe le Bel en 1307.
Une légende raconte qu'avant de prendre la fuite, les Templiers de Saint-Léger ont déferré leurs chevaux et ont remis les fers à l'envers.
En arrivant près de la commanderie, le prévôt de Tournai a remarqué les traces de ces chevaux ferrés qui se dirigeaient vers la commanderie et de peur de devoir affronter une importante garnison, a fait rebrousser chemin à ses hommes.
Au moment où ce subterfuge est découvert, les templiers se sont volatilisés dans la nature...


pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Saint-Léger à l'ombre des Templiers"
    Pierre Bachy ; 1988
  2. "La ferme du Temple de Saint-Léger in Revue des Archéologues et historiens d'Art de Louvain"
    Laure André ; 2000
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017