Les Templiers dans l'ancienne province du Velay

Documents : © Patrick Rossi

Sceau des Baillis du Velay Le Velay est une terre très ancienne, citée dans "la guerre des Gaules" par J. César. Mais nous ne ferons pas l'historique de cette province, là n'est pas le propos. Le baillage du Velay paraît avoir été créé par Philippe "Le Bel" en 1285 en même temps que celui du Vivarais ( Ardèche - 07 ). En 1290 il dispose d'un Juge et d'un Bailli. Philippe "Le Bel" déclare le Velay et le Diocèse du Puy comme dépendant de la sénéchaussée de Beaucaire dès 1306. En 1307 l'évêque Jean de Comines associe le roi à la seigneurie de la ville du Puy.
Le Velay est composé de 18 baronnies, dont les barons siègent aux états du Velay. Le baillage du Velay sera supprimé en 1558 lors de la création de la sénéchaussée et siège présidial du Puy relevant des états du Languedoc. Le bailli, indépendant de l'administration était le chef de la justice. La cour royale du Velay se trouvait donc baillage royal. Aujourd'hui, le Velay représente plus de la moitié du département de la Haute Loire ( 43 ) et est inclus dans la région Auvergne.

En Velay, l'installation de l'Ordre des Hospitaliers à l'hôpital Saint Jean du Puy, remonte à l'année 1153. L'ordre du Temple n'apparaîtra qu'en 1170 comme en témoigne les testaments du XIII° siècle.
On peut considérer que les Hospitaliers connaissaient le Velay bien avant, lors du départ de la première croisade. C'est Adhemar du Monteil, évêque du Puy dès 1079, légat du Pape, qui la prêchât et y prit part avec l'armée du Comte de Toulouse et huit mille hommes presque tous originaires du Velay et d'Auvergne.. Il meurt de la peste le 1er août 1098 devant Antioche.
La Maison de l'Hôpital de Saint Gilles en Provence est fondée en 1103. La plus ancienne Charte concernant le Velay, remonte à 1153. Mais l'on peut avancer que cette installation est antérieure par les revendications d'un certain Goschal, sur des terrains servant d'emplacement à l'hôpital. Au milieu du XII° siècle, la ville du Puy en Velay possédait un hôpital dit " du St Sépulcre". Deux chartes de 1163 nous révèlent son existence.
De 1153 à 1175, l'hôpital Saint Jean du Puy a pour Maître, Le Commandeur Estienne Isnel considéré comme le véritable organisateur de l'Ordre en Velay. Il nous est connu grâce à une donation faite à l'hôpital St Jean du Puy en 1153. Don de Béraud de St Privat, concernant un domaine dit " du mas du Poux".( actuelle commune de St Jean de Nay ). Fameux administrateur, il contribuera à l'accroissement des dons et legs, des offrandes des aumônes et remerciements. Au XII° siècle, les Hospitaliers possédaient fiefs et alleux*, des cens* et rentes dans de nombreuses localités du département. Dès cette époque, c'est le précepteur ou commandeur de Saint Jean du Puy qui administre la totalité de leurs possessions.
Les Templiers établis au Puy en 1188 possédaient une commanderie au rang de prieuré. Les novices y étaient admis à la profession : "Privilège qui n'estoit pas accordé aux simples commanderies". En 1170, Dalmas Paulien donne à St Jean, une maison, un jardin, fief et alleu à Varennes du Vernet pour son admission comme frère de l'Hôpital.
Au XIII° siècle les dons affluent toujours. Pons d'Allégre donne divers legs aux Templiers. A la fin du XIV° siècle, Les Hospitaliers de Jérusalem prennent le nom de St Jean la Chevalerie. Les Hospitaliers possédaient alors, plusieurs Commanderies :

  • DEVESSET - Chef - Dépendante du diocèse de Valence, elle s'étendait sur celui du Puy par ses granges près de Saint Voy et le Chambon. ( région du Mézenc - Meygal - limite Haute Loire et Ardèche ) auquel on peut ajouter : Marlhes et St Romain comme annexes.

L'Ordre du Temple en Velay, dépendait de la grande Commanderie de Montpellier siège du Grand Prieuré de Provence. ( Rappelons que la province du Velay, faisant aujourd'hui partie de l'Auvergne, était administrée par les Etats du Languedoc sous l'ancien régime. )
Ses possessions avant 1312 ( dissolution de l'Ordre) se composaient de:
  • SAINT JEAN DU PUY et SAINT BARTHELEMY, et les grand domaines qui en dépendaient :

    1.  Chantoin - Commune de Seneujols - avec les terres des hameaux de Rossignol et de la Glutonie. Probablement la plus ancienne dépendance.
       
    2.  Les Bineyres - commune de Bains - Crée en 1210 - fut donné aux Templiers par André de Fayet Hugues Pelastor en 1213.
       
    3.  Seneujols - en 1210 Armand de Portafaix offre aux Templiers son château de Mirmande, près du hameau de Conils .
       
    4.  Solignac sur Loire - Terres des "prats" du Temple.
       
    5.  Freycenet - Commune de Saint Jean de Nay - Domaine des Templiers depuis 1281.

  • MONTREDON - Commune de Bellevue la Montagne

  • BESSAMOREL

  • MARLHES - A la frontière entre la Haute Loire et la Loire

  • LA SAUVETAT - Aux limites du Velay et du Vivarais, des terres franches, partagées avec les Hospitaliers

  • DOMAINE DE SAUVAGE - commune de Chanaleilles - Limite de la Haute Loire et de la Lozère.( Ancienne province du Gévaudan )

Afin d'administrer au mieux leurs intérêts, les Templiers étaient divisés en région que l'on appelait "langue".
La première fut la langue de Provence. Puis vinrent les langues d'Auvergne, de France, d'Italie, d'Aragon-Navarre, Castille, Angleterre et Allemagne. L'ensemble de ces langues étaient subdivisées en 22 Grands Prieurés et 19 Baillages. Les Commanderies du Velay étaient toutes dépendantes du Grand Prieuré de Provence.


page suivante
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017