La commanderie de Warneton-Bas

    Sommaire des pages sur ce thème :
  1. la présentation du site (page actuelle)
  2. la banque d'images (pas d'images disponibles actuellement)
France, département du Nord

France, Département du Nord, commune de Warneton, sur la frontière belge, à environ 20 km au nord-ouest de Lille, à 15 km au sud-est de Ypres (Ieper)

A l'origine, la paroisse de Bas-Warneton comprenait ce que sont devenus actuellement les villages de Bas-Warneton en Belgique et de Warneton-Bas en France séparés par la Lys. Cette rivière séparait les châtellenies de Lille et de Warneton. En 1713, le traité d'Utrecht coupa définitivement la paroisse et la Lys est devenue une frontière naturelle entre la Belgique et la France.(1)

Vers la mi-septembre 1128, plusieurs des fondateurs de l'Ordre(2) se trouvent à Cassel pour recevoir une donation importante de Thierry d'Alsace, Comte de Flandre. Cette donation concernait l'abandon du relief(3) de ses terres en Flandre ainsi que des fiefs dépendant de ses vassaux.

En janvier 1239, Baudouin IV, seigneur de Comines, édicte une charte par laquelle il fait don d'une terre de 5 bonniers(4) situés le long de la Lys sur le territoire de Bas-Warneton au profit de l'église templière de Ypres. Dans cette charte, il abandonne également les droits de haute, moyenne et basse justice qu'il possédait sur ces terres aux frères du Temple. Cette charte est confirmée en mai de la même année par Baudouin le Jeune, fils aîné du sus-nommé.

La commanderie de Bas-Warneton, de bien moindre importance que ses voisines de Saint-Léger et Ypres ne vivait que du revenu des reliefs, des droits de Justice des dîmes et de la cens que lui procurait ses terres.
A l'exception d'une montée de terre en forme de U, qui servait peut-être de débarcadère, il ne reste aucun vestige matériel de la maison du Temple de Warneton.
D'après le chapitre général de l'Ordre de 1293, la commanderie ne comptait à cette époque que deux frères sergents.

En janvier 1297, Guy Dampierre, Comte de Flandre s'allie avec le roi d'Angleterre Edouard 1er contre Philippe IV. La réaction de ce dernier ne se fait pas attendre et en mars de la même année, les armées françaises attaquent la Flandre.
La ville de Comines est investie le 20 mars, mais les milices flamandes, retranchées sur la rive 'belge' du cours d'eau résistent victorieusement aux troupes françaises.
De rage, ceux-ci boutent le feux à la partie sud de la ville. Warneton subit le même sort et est complètement détruite par les flammes. La chronique(5) précise qu'il ne reste plus aucune habitation debout entre Warneton et Lille.
Personne ne sait si la commanderie de Warneton a été épargnée par la fureur incendiaire française. Mais, étant donné que le nom de 'temple' est resté dans la toponymie de l'endroit jusque dans la seconde moitié du XVème siècle, on peut supposer que le domaine subsista en tout ou en partie jusqu'à cette époque.

Notes :
(1) Source : http://users.skynet.be/hmp.productions/Comines/BasWarneton.htm (paul.hullaert@skynet.be)
(2) Il s'agit sans doute de Hugues de Payns, Geoffroy de Saint-Omer et Payns de Montdidier.
(3) Dans son livre 'Templiers en Flandre, Hainaut, Brabant, Liege et Luxembourg', Laurent Dailliez précise en ce qui concerne Bas-Warneton que ce relief est ce qui est dû sur ses terres de Bas-Warneton suivant les us et coutumes de ses fiefs. (p.35)
(4) Ce qui corespond à environ 7,2 ha
(5) J.-B. Courouble, Histoire de Warneton et de Ploegsteert, Bruges 1875.

pour une bibliographie plus complète... Bibliographie
  1. "Les Templiers en Flandre, Hainaut, Brabant, Liège et Luxembourg"
    Laurent Dailliez; Alpes-Méditerrannée Éditions - Impres'sud, 1978
  2. "Une Commanderie Templière au XIIIème siècle à Bas-Warneton (France)"
    Jean-Philippe Lahouste; Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la région - Tome 32 (Extrait), 2002
Webmaster : Christophe Staf
© Templiers.org 2003-2017