France, département de Seine et Marne

Projet BeaucéantLa maison templière de Coulommiers

France, département de Seine et Marne, à 60 Km à l'est de Paris. commune de Coulommiers.

Coulommiers sur la carte de Cassini
Coulommiers sur la carte de Cassini
© Carte de Cassini - Gallica (BNF)

On ne connait pas exactement la date de création de la maison du Temple de Coulommiers. Certains historiens pensent que la maison de Coulommiers existait dès 1147, car il existe un acte daté de cette année qui a pour objet une transaction passée entre Baudouin, abbé de Châtillon-sur-Seine(1) et Frère Hubert, prieur de "Colomario". Certains pensent que ce nom de "Colomario" correspond à Coulommiers, tandis que d'autre pensent qu'il s'agit de Colombey-les-Deux-Eglises.

D'après la localisation géographique de ces différents lieux, la raison voudrait que cet acte concerne bien Colombey-les-Deux-Eglises (distant de 60 km de de Châtillon-sur-Seine) et non pas Coulommiers (distant de presque 240 km) bien que les détails manquent par rapport à une implantation templière à Colombey.

La première mention attestée de l'existence de la maison de Coulommiers vient d'un acte de 1173, lorsque le comte de Champagne, Henri 1er "le Libéral"(2), confirme des donations faites à l'Ordre par deux de ses vassaux, Evrard le Chambrier et un certain Ferry de Paris. Evrard le Chambrier a fait le don d'un moulin qu'il possédait à Coulommiers ainsi que du meunier qui y travaille, Ferry de Paris, fait quand à lui le don d'un autre moulin, d'une femme et de ses deux fils. La charte mentionne que cette donation est faite aux frères de l'Ordre de la maison du Temple établie près de Coulommiers.

Cet acte précise donc que la maison de Coulommiers existe bel et bien en 1173, mais ne donne aucune indication sur le moment de sa création.

A partir de cette date et jusqu'en 1306, les archives contiennent non moins de 25 actes concernant des dons faits aux Frères de la maison de Coulommiers. Parmi ces documents, deux actes sont relativement significatifs.

Le premier, un acte daté de 1232, est relativement important pour le développement de la maison de Coulommiers. Il s'agit d'une donation faite par le comte Thibaut IV de Champagne d'un domaine 400 arpents(3) de terres et de forêts situés dans les alentours de la commanderie pour être quitte d'une rente de 94 livres qu'il leur devait chaque année. Cette donation, d'environ 200 hectares, va accroître considérablement le domaine templier de Coulommiers.

Le second acte est plus particulier . Il s'agit d'une donation datée de novembre 1294 faite par Philippe IV et sa femme Jeanne de Navarre de plusieurs biens qu'ils possédaient dans la région.

Au milieu du 13ème siècle, le domaine des Templiers de Coulommiers était tellement important que le comte de Champagne, pourtant à l'origine d'un don important, fera valider par Louis IX une sentence condamnant à l'Ordre à demander l'aval du comte de Champagne pour toute future acquisition de terre en Champagne et en Brie.

En 1307, au moment de l'arrestation des Templiers, le domaine de Coulommiers s'étendait sur plus de 420 arpents de terres, prés, forêts et vignes et comprenait également 3 moulins. Le domaine s'étendait aux villages et hameaux de Aulnoy, Montanglaust, Le theil et Bibartault.

Hormis certains interrogatoires, un seul document mentionne le nom d'un commandeur de Coulommiers. Il s'agit d'un acte daté de septembre 1268 concernant le règlement d'une transaction entre un particulier, un certain Etienne Tutard, et les frères de la maison de Coulommiers à propos d'une somme de 100 livres tournois qui lui était due par feu Frère Arnoul, commandeur de Coulommiers.

Les autres mentions des noms de commandeur de Coulommiers viennent de deux comptes-rendus d'interrogatoires. Le premier de ces interrogatoires est celui de Jacques le Verjus qui mentionne avoir été reçu dans l'Ordre vers 1267-1270 dans la chapelle de Coulommiers devant plusieurs frères dont Robert le Frison, précepteur de la maison de Coulommiers. Ce frère "Jacques le Verjus" mentionne aussi avoir participé à la réception d'autres frères, dont un Frère Jean, reçu vers 1290, toujours devant Robert le Frison, commandeur de Coulommiers.

Plan de la commanderie
Plan actuel de la commanderie de Coulommiers
© Hervé Baptiste - "La commanderie des Templiers de Coulommiers, Vie et Résurrection"
1 : La chapelle - 2 : La Salle Capitulaire - 3 : Le Colombier - 4 : Le Logis - 5 : La Cuisine - 6 : La Grange principale - 7 : La petite grange et les caves - 8 : Les communs - 9 : L'entrée de la commanderie

Le deuxième interrogatoire est celui de Frère Raoul de Salicibus qui mentionne avoir été reçu dans la chapelle de la maison du Temple de Chevru vers 1300devant plusieurs frères, dont Frère Remi, frère sergent et commandeur de Coulommiers.

En 1312, après la dissolution de l'Ordre du Temple, les Hospitaliers réunissent les maisons templières de Coulommiers et de Bibartault à leur commanderie de Maisonneuve. A la fin du 14ème siècle, les bâtiments de Maisonneuve ayant été complètement ravagés et quasiment détruits au cours des premiers combats de la Guerre de Cent Ans, le siège de cette commanderie est transféré à à Coulommiers jusqu'au début du 18ème siècle, où il retournera à Maisonneuve.

L'ensemble des bâtiments de cette maison de Coulommiers forme actuellement un ensemble exceptionnel et le plus complet au nord de la Loire. Bien que remanié de nombreuses fois au cours de ses 850 ans d'existence, et hormis les fondations, seule la chapelle date de l'époque templière de l'endroit et n'a pratiquement pas changé au cours des siècles.

Le terrain occupé par la commanderie et les terres attenantes s'étendait sur environ 2 hectares et était ceint d'un muret dont on peut encore voir des fragments à plusieurs endroits.

La description complète et détaillée de l'ensemble de ces bâtiments est reprise dans le livre de Hervé Baptiste que je reprends dans la bibliographie de l'article.

Projet Beaucéant

Notes :

(1)L'abbaye de chanoines réguliers de Saint-Augustin de Notre-Dame de Châtillon a été fondée en 1136 sous l'impulsion de Bernard de Clairvaux.

(2)Henri 1erdit "le Libéral" est comte de Champagne et de Brie de 1152 à 1181. Il est né en 1127 et mort en 1181. Il est le fils aîné du comte Thibaud II "le Grand" et de Mathilde de Carinthie. Il répond à l'appel à la croisade lancé en 1146 à Vézelay par Saint-Bernard et accompagne le roi Louis VII dans l'expédition. En 1164, il se marie avec Marie de France, la fille de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine. Vers 1177, il décide de reprendre la croix et se rend à nouveau en Terre Sainte à la tête d'une troupe importante. Il rentre dans son comté en février 1181 et meurt quelques semaines plus tard.

(3)En fonction des régions, un arpent valait plus ou moins 50 ares.

Projet Beaucéant
Projet Beaucéant

BibliographieProjet Beaucéant

  1. La commanderie des Templiers de Coulommiers, Vie et Résurrection
    Hervé Baptiste ; Editions Lefevre, 2000
Projet Beaucéant

© Copyright 1997 - 2021 Templiers.org - Christophe Staf
All Rights Reserved